jeudi 29 juin 2017
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Ahmad Ahmad : Le lourd héritage d’un no-name ambitieux* Spécial

Le successeur d’Hayatou aura beaucoup de challenges à relever


«Mes chances sont réelles», a toujours clamé Ahmad Ahmad durant la période de campagne électorale. Alors que la plupart des observateurs continuaient à donner favori Issa Hayatou. Avec raison scientifiquement, tant le président sortant savait battre à plate couture ses adversaires. A peine deux en 29 ans de règne à la tête de la Caf : l’Angolais Armando Machado en 2000 et le Botswanais Ismail Bhamjee en 2004. L’Ivoirien Jacques Anouma ne parviendra même pas à faire accepter sa candidature en 2013. Les règles de jeu ayant changé en conséquence. Mais même si le moins lourd des concurrents a pu neutraliser le baobab, il n’en demeure pas moins vrai que l’homme admet avoir douté pendant les opérations électorales. Finalement, l’homme de 57 ans vaincra le doyen des dirigeants du football mondial, dont le discours n’avait plus forcément un écho favorable auprès des siens. «Je pense qu’il est temps de changer de mode de gouvernance», proposait le candidat vainqueur qui tient beaucoup à la transparence dans la gestion financière. Lui que le Sunday Times avait cité dans le dossier de corruption lié à l’attribution du Mondial 2022, mais sans apporter des preuves.


…Transformer les habitudes enracinées depuis trente ans


Entre autres, l’ancien footballeur et entraîneur qui souhaite accorder une place importante aux anciennes gloires, veut donner plus de pouvoirs aux fédérations (à l’opposé du Comité exécutif comme avant), aux clubs et aux jeunes, élargir le débat sur la Can, avec points d’ancrage le nombre de participants et la période de sa ténue, élargir le Championnat d’Afrique des nations à tous les joueurs évoluant sur le sol africain.


Rien de spécial sous le ciel de la Caf. Il est d’ailleurs évident que le Malgache bénéficie davantage d’un vote-sanction contre son prédécesseur que pour son programme. Mais le score du duel électoral peut laisser présager une adhésion massive à la politique du nouvel homme. Du moins, il pourrait y avoir moins de suivisme, ce «oui» massif dénoncé par Samir Sobha, le président de la fédération mauricienne
A 57 ans (30 décembre 1959), ce fils de commerçant, originaire de l’ethnie des Sakalava (ouest de Madagascar), pourra emprunter à la politique qui est avant tout son domaine, pour rallier à sa cause ses administrés, dans ce nouveau souffle qu’il compte impulser à la maison du football africain. Ancien secrétaire d’Etat au sport, et plus tard à la Pêche, Ahmad Ahmad est aujourd’hui sénateur au Parlement de son pays. Même si le natif de Mahajanga dirige la Fédération de son pays depuis 2003, il n’est entré au Comité exécutif de la Caf qu’en 2013. Mais n’a pas attendu longtemps pour oser faire le pas que les faucons de la maison n’ont pas essayé. Au moment opportun. Héritant d’un passif lourd. Il faudra que la maison longtemps acquise à la cause d’Hayatou, l’adopte. Il ne sera pas facile de transformer les habitudes enracinées depuis trente ans. Une chasse aux sorcières serait une mauvaise passe.

*Source: Défis actuels

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ DE SPORT

0
Partages
0
Partages