lundi 25 septembre 2017
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Tribunal: condamné à 6 mois de prison, le Dp de la « Détente libre » fait appel Spécial

Tribunal: condamné à 6 mois de prison, le Dp de la « Détente libre » fait appel @newsducamer.com

Reconnu coupable des faits de diffamation à l’encontre de dame Villaneau Fotso, Levis Medjo incarcéré à la prison de Bafoussam a décidé de faire appel.

Détenu depuis le 3 juin 2015 à la prison centrale de Bafoussam, le directeur de publication du journal « La détente libre », condamné à six mois d’emprisonnement et un million de francs CFA d’amendes à verser a décidé de faire appel. « Je vous prie d’enregistrer et de me donner acte de l’appel que j’interjette pour le compte de Medjo », écrit dans une correspondance adressée au greffier en chef près le tribunal de première instance de la Mifi, Jean Michée Gatheu qui se présente comme le frère de l’inculpé.

Pour comprendre les raisons de cet appel et de cette condamnation, il faut remonter au 26 novembre 2012. Dans la parution N°410 du journal « La détente libre », en cette année 2012, le journaliste Levis Medjo avait alors publié en grande « Une » de son journal une photo de dame Villaneau Fotso, avocate au barreau du Cameroun, assortie d’un titre intitulé « Braquage à Douala, Mme Fotso vole sept voitures dans un parc, la Rav 4 d’Ekambi Brillant emportée ». Cette publication avait lieu alors que cette dernière était engagée dans les compétitions politiques pour la députation. C’est ainsi que dame Villaneau Fotso porte plainte au tribunal de 1 ere instance de Bafoussam pour diffamation.

Appelé à comparaitre pour répondre des faits qui lui sont reprochés, Levis Medjo ne se présentera à aucune audience mais se fera représenter par son avocat Me Kadje. Après la première audience intervenue le 3 juin 2015, l’affaire a connu de multiples renvois avant d’aboutir à cette sentence prononcée le 3 juin 2015. En l’absence de preuves devant corroborer que dame Villaneau Fotso est « au cœur d’un hold-up de véhicules », comme mentionné à la page 2 du journal « La détente libre », et considérant que ces qualificatifs étaient de nature à ternir gravement l’image de cette avocate, le poids de la justice s’est donc abattu sur ce dernier qui doit également verser la somme dix millions de francs CFA à dame Villaneau Fotso en réparation du préjudice moral subi.

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ D'ARTICLES DE SOCIÉTÉ

0
Partages
0
Partages