lundi 29 mai 2017
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

PMEs : la finance islamique, une alternative aux produits bancaires classiques Spécial

PMEs : la finance islamique, une alternative aux produits bancaires classiques @newsducamer.com

Des experts réunis à Yaoundé le 26 février dernier ont échangé avec les entrepreneurs des Petites et moyennes entreprises sur les opportunités qu’offre la finance islamique

A l’opposé des banques conventionnelles, la banque islamique qui octroie des financements avec un taux d’intérêts de 0 % se présente comme une solution alternative de financement des Petites et moyennes entreprises (PMEs). Lorsque cet outil de financement sera développé au  Cameroun et dans la zone Cemac, il permettra aux PMEs de bénéficier des financements de cette banque avec des taux d’intérêts nuls, expliquait l’expert financier Hassan Belibi Noah. Au cours d’une conférence organisée le 26 février dernier.

Ce dernier, par ailleurs directeur général du cabinet d’ingénierie financière African Islamic finance consulting soutient que des entrepreneurs à qui des taux d’intérêts sont imposés par les banques conventionnelles sont plus « soumis à des charges émotionnelles », ceci du fait que « l’impact psychologique de l’intérêt  à rembourser constitue un frein à l’opérationnalisation du projet ». Or, dans le cadre du financement islamique, la nullité de ce taux d’intérêts permettra à ces PMEs  de maximiser leurs gains. En plus des PMEs, la finance islamique qui est déjà implémentée dans les pays d’Afrique de l’Ouest permettra de créer de nouveaux pans d’activités et par là d’augmenter le taux de bancarisation actuellement estimé entre 12 et 15 %.

« La finance islamique vient conquérir un pan du marché qui était à l’abandon. Ce mode de financement va créer un boulevard d’opportunités d’affaires.  Etant donné que la finance islamique est une branche de l’industrie Halal, le nombre de structures économiques qui peuvent être mises en place du simple fait qu’il existe des structures de financement à des taux d’intérêts nuls seront plus importants », analyse Hassan Belibi Noah avant de poursuivre. « L’opérateur qui fait dans l’industrie Halal peut par exemple investir dans la boucherie et s’il met en place sa boucherie, s’il communique très bien sur le caractère Halal de sa viande, il pourra avoir de nouveaux clients que les boucheries ordinaires n’avaient pas », soutient-il.

L’intérêt pense-t-il, sera bénéfique pour les non musulmans qui pourront recourir à ce mode de financement. L’expert financier qui ne doute pas des énormes opportunités qu’offre la finance islamique n’a pas manqué d’interpeller les Chefs d’Etat sur la nécessité de mettre en œuvre ce mode de financement dans la sous-région. « Le Cameroun ne doit pas se mettre dans la posture de est-ce qu’on fait la finance islamique ou est-ce qu’on ne la fait pas. La bonne question c’est quand est-ce qu’on fait la finance islamique et comment », conclut-il.

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ D'ÉCONOMIE

0
Partages
0
Partages