lundi 20 novembre 2017
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Union africaine : le Cameroun revient bredouille d’addis-abeba

Justine Diffo, candidate malheureuse au poste de commissaire aux affaires sociales Justine Diffo, candidate malheureuse au poste de commissaire aux affaires sociales

Aucunes des candidatures camerounaises n’a été retenue à un poste de commissaire.

A défaut de Justine Diffo, c’est une femme qui occupera le poste de commissaire aux affaires sociales de la commission de l’Union africaine (UA) pendant les quatre prochaines années. La candidature de la Camerounaise n’a pas convaincu les pays membres de l’UA pendant le 28e sommet qui se tenait les 30 et 31 janvier dernier à Addis-Abeba en Ethiopie. C’est la Soudanaise Elfadil Mohammed qui va remplacer le Sierra léonais Mustapha Sidiki Koloko à ce poste.

Le Cameroun a ainsi perdu l’une des meilleures chances qu’il avait de glaner un poste de commissaire à Addis- Abeba. A moins que Maurice Tchuenté, ancien ministre de l’Enseignement supérieur, finisse par être élu au poste de commissaire des ressources humaines, sciences et technologie. L’élection à ce poste a été suspendue. Mais rien ne laisse croire que le Cameroun remporte cette élection pour une raison évidente : la diplomatie camerounaise, selon quelques analyses d’experts, s’est dispersée en multipliant les candidatures.

D’une manière générale, en attendant les postes non encore pourvue (ceux de commissaire aux ressources humaines et de commissaire aux affaires économiques), seul l’Algérien Smail Chergui, commissaire Paix et sécurité, conserve son poste. Ce qui n’est pas une grande surprise car l’Algérie avait pesé de tout son poids pour garder ce poste. Une situation qui arrangeait en réalité les autres sous-régions qui ne voulaient pas d’une candidature algérienne au poste de président de la Commission de l’UA.

REJET

Le poste de président de la Commission est revenu au Tchadien Moussa Faki Mahamat après sept tours de scrutin. L’ancien patron de la diplomatie du Tchad l’emporte devant la Kenyane Amina Mohamed Jibril, qui voulait réformer de fond en comble cette institution trop grippée à son goût. Moussa Faki Mahamat remplace ainsi la Sud africaine Nkosozana Dlamini-Zuma grâce au soutien massif de l’Afrique de l’Ouest et d’un concours de circonstances. « Le candidat tchadien a tiré profit du fort rejet, non pas d’Abdoulaye Bathily, mais de l’action diplomatique de son pays, le Sénégal. Ainsi, l’Angola, l’Ouganda et le Zimbabwe, qui ne souhaitaient pas le retour du Maroc au sein de l’UA, ont fortement soutenu la candidature de Moussa Faki Mahamat. Car, pour eux, le candidat sénégalais ferait le jeu du Maroc une fois élu à la présidence de la Commission », selon l’analyse du site Le Monde Afrique.

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ DE POLITIQUE

0
Partages
0
Partages