lundi 29 mai 2017
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Quand miss Cameroun et le Comica se déchirent Spécial

Le Comité d’organisation de miss Cameroun (Comica) est à couteaux tirés avec Julie Cheugeu depuis le concours miss monde. Les raisons de la guerre.  

Il est connu de tous que les relations entre le comité d’organisation de Miss Cameroun (Comica) et les reines de beauté ne sont pas toujours au beau fixe. Cette année, la Miss Cameroun est passé sous la trappe du Comica. A moins de cinq mois de mandat, Julie Cheugeu s’est livrée à une guerre ouverte avec le Comica après que l’ambassade des Etats-Unis lui a refusé le visa pour participer à l’élection Miss Monde. Accusée d’être à l’origine de cette mésaventure, Ingrid Amougou, présidente du Comica dénonce le caractère réfractaire de la jeune fille.

  Les versions des Faits  

Sur les causes profondes de la discorde, les deux parties se rejettent le tort, au moyen de communiqués. Dans une note d’information, Ingrid Amougou reproche à l’actuelle miss le non-respect des clauses de contrat, l’indiscipline et des manquements graves. « Dans l’histoire du Comica, jamais une miss n’a été autant de fois rappelée à l’ordre pour son indiscipline et ses écarts de comportement qui lui ont valu à ce jour quatre lettres d’avertissement », peut-on lire dans la note du Comica. Selon sa présidente, le comportement de la miss 2016 aurait changé depuis son élection le 30 juin dernier à Yaoundé. S’exprimant par la suite sur la non-participation de Julie Cheugeu à l’élection Miss Monde, le Comica explique ne pas avoir fait recours à cause du mépris dont a fait preuve la miss lors de réunion de crise prévue pour établir une requête à l’ambassade.

 A en croire la note, Julie Cheugeu aurait refusé d’éteindre son téléphone comme demandé avant de claquer la porte au nez du staff du Comica. Un « mépris » qui d’après le Comica leur a donné des raisons de croire une incertitude de retour de la jeune fille après la compétition.  Des accusations rejetées en bloc par Julie Frankline Cheugeu Nguimfack qui décide de sortir de sa réserve. Dans un communiqué publié du 29 novembre 2016, la Miss Cameroun 2016 qualifie ces déclarations du Comica de calomnieuses, reposant sur une méconnaissance des faits réels visant simplement à tenir son image de reine de beauté et surtout à salir « la réputation de sa modeste personne ». Selon elle, le visa ne lui avait pas été accordé par la faute du Comica. Se faisant, elle accuse le Comica non seulement d’avoir saisi l’ambassade des Etats-Unis pour signifier leur incertitude de son retour après la compétition, mais aussi, de n’avoir pas payé sa licence de participation à l’élection Miss Monde s’élevant à 1,5 million de francs CFA. De plus, la Miss 2016 accuse la présidente du Comica de ne lui avoir pas délivré une lettre d’accréditation ainsi que d’avoir confisqué ses attributs alors qu’elle avait rendez- vous au consulat américain le 21 novembre dernier. « Ma décision de me présenter toute seule à l’ambassade des USA […] était une démarche pour sauver mon projet que les actes et les manquements du Comica avaient compromis », s’explique Julie Cheugeu. Quoi qu’il en soit, la reine de beauté se dit toujours prête à travailler en parfaite collaboration avec le Comica durant le reste de son mandat.

Affaire Miss Cameroun 2016 : Une couronne d’épines ? Postez ce tweet

 Le 26 novembre dernier, Audrey Aboula, première dauphine 2016 annoncé sa démission sur les réseaux sociaux. « Mon choix a été fait suite aux différentes incompréhensions et différentes menaces écrites et verbales enregistrées que m’envoient des membres du Comica », poste Audrey Aboula sur sa page facebook. N’ayant jamais reçu d’avertissement écrit, la jeune étudiante dit ne pas comprendre les faits qui lui sont reprochés et préfère prendre du recul pour mieux se concentrer à ses études. Un acte de bravoure jamais enregistré dans ce « monde de paillette ».

Si la petite Audrey n’a pas pu identifier l’origine de sa mésentente avec le Comica, Julie Cheugeu pense que « le Comica veut politiser les actions et les projets de Miss Cameroun alors que moi, Miss Cameroun 2016, je veux rester loin de la politique et agir sur le social ». De plus, de nombreuses miss, à l’instar de la Miss Cameroun 2009, Anne Lucrèce Ntep et la Miss Cameroun 2010 (détrônée après un malentendu avec la présidente du Comica), avaient dans le passé accusé Ingrid Amougou de favoritisme, de non-respect des clauses de contrat, d’ingérence dans la vie privée des lauréates ainsi que de proxénétisme.

La reine de beauté 2009 avait également révélé au monde entier que le Comica confisquait les lots des lauréates.  Un aveu confirmé par une source anonyme qui indique que la miss actuelle n’est pas toujours rentrée en possession de tous ses lots et même de l’appartement qui lui est réservé durant son mandant. La même source indique que c’est la recherche effrénée du profit du Comica qui serait à l’origine de nombreux conflits avec les Miss.

Dernière modification le vendredi, 09 décembre 2016 13:02

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ D'ÉCONOMIE

0
Partages
0
Partages