jeudi 17 août 2017
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Ecosystème: la valeur économique de la biodiversité au centre d’un atelier Spécial

Des parlementaires membres du Réseau pour la gestion durable des écosystèmes de foret d’Afrique centrale (Repar) ont été sensibilisés sur les enjeux de ce secteur la semaine dernière.

Le Cameroun prendra part en décembre prochain à Cancun au Mexique à la convention sur la diversité biologique « Cop 13 », qui est une conférence sur la biodiversité. En prélude à cet évènement, le réseau des parlementaires pour la gestion durable des écosystèmes de foret d’Afrique centrale (Repar) a organisé le 3 novembre dernier un atelier à l’intention des députés. Cette rencontre à laquelle prenait par le ministre de l’Environnement, Pierre Hele visait à sensibiliser et informer les parlementaires sur les bénéfices économiques que peut générer la biodiversité au Cameroun.

« La biodiversité est l’une des plus grandes ressources de certains pays africains. En Afrique australe et en Afrique de l’Est, la vente de la biodiversité génère des ressources importantes, et, avec le potentiel que nous avons au Cameroun, nous pouvons organiser des safaris qui vont générer des ressources touristiques importantes », fait savoir le coordonnateur national du Repar Cameroun, l’honorable Jean Jacques Zam. Pour le Repar qui organise cet atelier, il est important que le législateur soit informé sur la valeur économique de la biodiversité et des aires protégées du Cameroun afin d’influencer les politiques publiques sur les enjeux de cette biodiversité.

En vulgarisant le plan d’action national de la biodiversité (Spanb II) auprès de ces représentants de la population, le Repar entend contribuer à l’amélioration du cadre légal et institutionnel en faveur de la préservation de la biodiversité au Cameroun. Les parlementaires qui prenaient part à ses travaux ont dit vouloir revoir le cadre réglementaire qui régit le secteur de la biodiversité au Cameroun. « Nous avons besoin de revoir les différents règlements qui encadre la biodiversité, de l’exploitation à la conservation des aires protégées », a réagi madame le sénateur Monique Ouli Ndongo.

Pour y arriver, le Cameroun prépare depuis mai dernier la phase 2 de son plan d’action et de sa stratégie pour la biodiversité, a fait savoir Pierre Hele, le ministre de l’Environnement. Ce plan poursuit Pierre Hele permettra de protéger la biodiversité et d’améliorer sa contribution au développement socio-économique du pays à travers l’exploitation des services y relatifs.

 

Dernière modification le dimanche, 06 novembre 2016 22:03

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ D'ARTICLES DE SOCIÉTÉ

0
Partages
0
Partages