lundi 23 octobre 2017
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Tombi-Ben Modo : Le début de la fin de l’idylle Spécial

Les deux hommes se livrent à une guerre de tranchées.


Après une longue période de parfait amour armé d’optimisme sur le terrain de construction des infrastructures sportives, Tombi à Roko, le président de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) et Ben Modo, le patron de Prime Protomac (entreprise chargée de construire les stades modernes pour le compte de la Fécafoot), se regardent désormais en chien de faïence. C’est Tombi à Roko qui ouvre les hostilités lors du Comité exécutif de la Fécafoot le 5 septembre 2016 à Limbé, en constituant un comité ad-hoc pour le suivi des travaux de ces infrastructures futuristes annoncées par le nouvel exécutif de la Fécafoot. En constant que quatre mois après les poses des premières pierres des quatre premiers stades, les chantiers sont désormais des broussailles. Les travaux étant à l’arrêt depuis des lustres. «Nous avons signé un contrat avec un opérateur. En ce moment, nous avons constaté que le rythme des travaux n’est pas celui que nous aurions espéré. C’est pour cette raison que nous avons mis sur pied un Comité, chargé de faire un suivi. Si on était dans une tactique d’un match de football, on aurait dit : marquer à la culotte. Pour que ce Comité fasse le marquage à la culotte», avait expliqué Tombi A Roko Sidiki. Mettant ainsi aux trousses de Ben Modo, l’honorable Koa Luc, vice-président de la Fécafoot, et quelques autres membres de l’exécutif de l’instance faitière du football camerounais.


Ce samedi 10 septembre, soit cinq jours après, le partenaire réagit énergiquement. «Nous n’avons jamais eu les facilités nécessaires pour avancer dans les travaux», accuse. Pour preuve, «Je n’ai jamais reçu la lettre de commande que devait me donner la Fécafoot pour pouvoir financer les chantiers», révèle-t-il. Après avoir clamé dans les médias il y a près de deux mois, avoir reçu toutes les garanties nécessaires et que les travaux étaient à l’arrêt «à cause d’un problème de normes». En attendant les prochains développements, le partenaire de la Fécafoot qui dit vouloir continuer à travailler sur le terrain, promet que «dès la semaine prochaine, je vais saisir la Conac».

Dernière modification le samedi, 10 septembre 2016 16:17

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ DE SPORT

0
Partages
0
Partages