samedi 19 août 2017
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

In memoriam : Charles Ateba Eyene, deux ans déjà ! Spécial

In memoriam : Charles Ateba Eyene, deux ans déjà ! © newsducamer.com

Fauché par la mort en février 2014, ce penseur et grand harangueur de foules est encore vivant dans les souvenirs de ses proches et amis. 

Ses combats n’ont pas été poursuivis, sa relève n’a pas été assurée. Et pourtant, deux ans après sa disparition, un 21 février 2014, la mémoire de Charles Ateba Eyene reste encore  vivante dans les souvenirs de ses proches et amis. Le socio-politiste Mathias Eric Owona Nguini, qui l’a côtoyé de son vivant, garde de lui le souvenir « d’un homme ayant du courage, du caractère et de l’audace. » La voix remplie de tristesse, l’universitaire regrette que toute l’œuvre de Charles Ateba Eyene se soit arrêtée après sa mort. « Aucune initiative visant à poursuivre son combat n’a vu le jour », regrette Mathias Eric Owona Nguini. D’ailleurs, « Le club éthique dont il était le coordonnateur n’a pas survécu a son décès », renchérit M. Owona Nguini.


Comme lui, d’autres acteurs du débat public regrettent eux aussi que le combat de Charles Ateba Eyene n’ait pas été suivi parmi ses admirateurs, qui, quelques années auparavant, vantaient de son vivant « l’universitaire infatigable et aux idées courageuses. » Et pourtant, ils sont nombreux à penser que les prises de positions fermes du disparu sur les grandes questions politiques et sociales ont contribué à enrichir le débat. Son audace à transgresser les clivages politiques et à lever les tabous a été saluée par plusieurs Camerounais. Considéré par ses proches comme « une étoile dans sa génération et un repère pour la jeunesse camerounaise », la mémoire de Charles Ateba Eyene a plutôt beaucoup de mal à subsister dans l’imagerie populaire. Ce digne fils de la région du Sud, parti très tôt à la fleur de l’âge, aura marqué en son temps et à sa manière la jeunesse Camerounaise.
Celui qui revendiquait « 24 ans de militantisme actif » dans le RDPC, parti au pouvoir, est parti à seulement 42 ans. Toutefois, le célèbre auteur de l’ouvrage « Le Cameroun sous la dictature des loges, des sectes, du magico-anal et des réseaux mafieux : De véritables freins contre l’émergence 2035 » ne s’est pas complètement éteint. Car, comme le soulignait encore l’un de ses amis de longue date, l’actuel entraîneur-sélectionneur de l’équipe nationale amateur de football, Rigobert Song Bayanag, « Un grand homme reste un grand homme même mort. »

Dernière modification le samedi, 12 mars 2016 17:11

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ D'ARTICLES DE SOCIÉTÉ

0
Partages
0
Partages