mardi 26 septembre 2017
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

La recolonisation française de l’Afrique Spécial

  • mardi, 21 juin 2016 12:58
  • Écrit par  Boniface Tchuenkam, Directeur de Publication, Le Financier d'Afrique

Sous la barbe des dirigeants africains, la France déploie allègrement sa nouvelle politique coloniale conçue récemment pour doper non seulement son économie, mais apprivoiser les quelques rares esprits libres qui se forment déjà sur le continent noir. A la demande de François Hollande, Jacques Attali, le président de PlaNet Finance a élaboré en août 2014 un rapport intitulé : « La Francophonie: moteur de Croissance durable pour l’Economie française et ses Entre- prises», dans lequel il indique comment une francophonie économique peut être réalisée, à condition de mettre en œuvre les 53 propositions de ce document. Ces propositions sont regroupées autour de 7 axes, à savoir : Augmenter l’offre d’enseignement dû en français, en France et partout dans le monde ; Renforcer et étendre l’aire culturelle francophone ; Cibler 7 secteurs clés liés à la francophonie, pour maximiser la croissance de la France et des autres pays francophones ; Jouer sur la capacité d’attraction de l’identité française pour mieux exporter les produits français et conquérir de nouveaux francophiles ; Favoriser la mobilité et structurer les réseaux des influenceurs francophones et francophiles ; Créer une union juridique et normative francophone ; Se donner comme projet de créer à terme une Union économique francophone aussi intégrée que l’Union européenne. Les ambassades françaises en Afrique franco- phone qui ont œuvré pour ce rapport, ont reçu instructions et directives de se mettre en ordre de bataille pour appliquer les résolutions du Rapport Attali connu sous le vocable de «Directives diplomatiques de la Nouvelle stra- tégie de la France en Afrique Noire francophone». Ce rapport vise à faire de la langue française « une industrie multinationale spéciale au service de la lutte contre le chômage en France et pour la création des emplois dans l’Hexagone ». D’ail- leurs, il indique clairement à sa page 2 qu’« en France, l’appartenance à l’espace francophone a engendré un gain de 710 euros par habitants en 2006 et une réduction de 28 600 du nombre des chômeurs ».

Les projections du rapport vont sur plus de 30 ans. « 0n pourrait assister en effet à un recul de l’espace francophilophone: le nombre de francophones pourrait décroître, sous la pression de la concurrence des autres grandes langues inter- nationales, des langues locales, et face aux difficultés de certains pays francophones du Sud à assurer l’accès à l’éducation de leurs populations en situation d’explosion démographique. Le nombre de francophones en 2050 pourrait alors être inférieur à celui d’aujourd’hui, au lieu de croître jusqu’à 770 millions. Ce déclin de la francophilophonie en- traînerait une perte de parts de marché pour les en- treprises françaises, un effondrement du droit continental au profit du droit anglosaxon des affaires, ainsi qu’une perte d’attractivité pour les universités, la culture et les produits français et en français. Cela entraînerait la destruction de 120 000 emplois en France dès 2020, soit 0,5 point de chômage en plus, et un demi-million en 2050, soit 1,5 point de chômage en plus ». 

Outre les représentations diplomatiques françaises, les entreprises et filiales des firmes françaises doivent mettre en œuvre ce rapport. La construction de la salle de cinéma à Yaoundé par le groupe Bollore via Vivendi participe à la recolonisation mentale et intellectuelle des Africains. Tout un premier ministre avec son gouvernement a accompagné cette politique d’exploitation de sa jeunesse. 

Le rapport parle de « droit continental » de la France, ce qui traduit à suffisance l’esprit colonisateur qui anime encore les dirigeants français. Ceux d’Afrique sont-ils conscients du fait qu’ils donnent ainsi des armes à la France pour apprivoiser d’avantage l’Afrique ? La mondialisation permet de sortir de ce carcan dans lequel la France veut toujours enfermer les Africains. Il s’agit pour les jeunes africains de capter les bonnes pratiques de partout pour enrichir les nôtres afin de mieux participer au vil- lage planétaire incontournable.

Dernière modification le mardi, 21 juin 2016 13:02

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

REGARDS & ANALYSES

  • Saint Eloi Bidoung " Le RDPC a l'épreuve de l'indiscipline" +

    Le 3ème adjoint à la Mairie de Yaoundé 6ème donne sa version des faits et son analyse de la situation Lire la suite
  • Isaac Tamba « Les choix stratégiques faits au niveau du Dsce n’étaient pas de la dispersion » +

    Après la publication le 10 mai dernier d’un ouvrage d’un groupe d’universitaires sous la direction du Pr Henri Ngoa Tabi, Lire la suite
  • LES SIX FACETTES DU "PROBLEME ANGLOPHONE" +

    Six facettes me viennent à l’esprit: 1- La critique de l’Etat centralisé. 2- Le transfert des centres de décision de Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
0
Partages
0
Partages