mardi 12 décembre 2017
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Investissement : la Banque mondiale promet de nouveaux financements au Cameroun

Sri Mulyani Indrawati, la directrice générale de l’institution, a rassuré les autorités de Yaoundé en début de semaine.

Après son premier huit clos avec les autorités camerounaises le 25 avril 2016, Sri Mulyani Indrawati, la directrice générale et directrice des opérations de la Banque mondiale, n’a pas été avare en confidences. « Nous avons discuté de la qualité de l’éducation au Cameroun. Notre souhait c’est que cette éducation soit de qualité et qu’elle soit offerte gratuitement à tous les jeunes en âge de scolarité », a confié Sri Mulyani Indrawati à la presse.

Mais il est évident que la directrice générale de la Banque mondiale n’a pas fait le déplacement de Yaoundé pour parler d’éducation seulement. Car tout indique bien qu’elle avait surtout à coeur de s’accorder avec Yaoundé sur la densification du portefeuille de la coopération entre le Cameroun et la Banque mondiale. Le hui clos entre le ministre camerounais de l’Economie, Louis Paul Motaze, celui des Finances, Alamine Ousmane Mey, et la délégation de la Banque mondiale avait justement pour principal objectif d’identifier les secteurs d’activités qui ont le plus besoin des financements pour l’atteinte des objectifs contenus dans le programme de développement du Cameroun. « Nous avons identifié les secteurs de l’énergie, des transports, de la communication et des infrastructures comme étant ceux qui ont le plus besoin d’être reformés », avoue Sri Mulyani Indrawati.

Elle a aussi été reçue par le Premier ministre, Philemon Yang, dans la même journée du 25 avril. Etape indiquée pour s’accorder sur les nouveaux cadres du partenariat entre le Cameroun et la Banque mondiale. L’institution de Bretton Woods parie désormais sur la gouvernance, le développement des infrastructures et du secteur privé, le développement humain. La partie camerounaise a, pour sa part, les yeux déjà rivés sur les projets qui vont bientôt sortir de terre grâce aux financements de la Banque mondiale. Sri Mulyani Indrawati a rassuré le Cameroun sur la disponibilité d’une première partie des fonds promis pour la construction des lignes de transport électriques. On apprend ainsi que 3,5 millions de dollars, soit 1,7 milliard de francs CFA, sont prêts à l’emploi. Mais il en faudra encore plus car cette composante de la Banque mondiale, qui inclue même l’évacuation de l’énergie qui sera produite par le barrage de Nachtigal, représente en tout 450 millions de dollars, soit 225 milliards de francs CFA.

La Banque mondiale est de même prête à investir 192 millions de dollars, soit 96 milliards de francs CFA, pour le développement de quelques chantiers routiers. Il s’agit de la réhabilitation de la route Yaoundé-Bamenda, de la construction de la route qui part de Yaoundé pour le pont sur le Logone à Bongor au Tchad et de la construction de la route Ebolowa-Akom II-Kribi.

Dernière modification le mardi, 26 avril 2016 13:48

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ D'ÉCONOMIE

0
Partages
0
Partages