dimanche 20 mai 2018
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Affaire aéroports du Cameroun : Les clarifications du DG des aéroports du Cameroun

  • mercredi, 02 mai 2018 20:51
  • Écrit par  Par Junior Matock

Thomas Owona Assoumou évoque entre autres, l’objet « véritable » de la présence des membres de l’organisation de l’aviation Civile (Oaci) au Cameroun et l’usage fait du prêt obtenu auprès de l’agence française de développement (Afd).

Thomas Owona Assoumou, directeur général des Aéroports du Cameroun (ADC) n’entend pas laisser prospérer les informations relatives à un audit de l’Organisation de l’Aviation Civile (Oaci) recommandant la fermeture de l’Aéroport International de Douala. Mais également celles qui avancent que le prêt obtenu auprès de l’Agence Française de Développement (AFD), pour la réhabilitation de l’aéroport International de Douala n’aurait pas été utilisé à cette fin. En effet, dans un communiqué récemment signé par le directeur général des ADC, celui-ci explique dans un premier temps que l’Oaci est « en mission d’audit de sûreté dans les aéroports de Yaoundé-Nsimalen et Douala, sous l’égide de l’Autorité Aéronautique, dans le cadre de son programme de surveillance universelle des Etats membres dans la mise en œuvre des mesures de sûreté ». Il poursuit en précisant que « pour le ca d’espèce, il s’agit d’un audit de suivi des actions correctrices de la mission réalisée en 2015 par l’Oaci ». D’ailleurs souligne-t-il, le programme de cette mission prévoit que les responsables de l’Oaci visitent l’Aéroport International de Yaoundé Nsimalen du 18 au 21 avril, et celui de Douala du 22 au 27 avril 2018.

Ensuite, en ce qui concerne la question liée au prêt obtenu de l’AFD, Thomas Owona Assoumou reconnaît que la société ADC S.A a obtenu en 2015, un prêt non souverain (prêt octroyé sans la garantie de l’Etat, Ndlr) auprès de l’AFD, pour le financement du projet de modernisation de l’aéroport international de Douala. Le directeur général de ADC souligne en outre que ce projet comporte deux composantes. La première était consacrée « à la réhabilitation des chaussées aéronautiques dont les travaux ont été réalisés en 2016 ». La deuxième composante, argue-t-il, « concerne la rénovation et la reconfiguration de l’aérogare passagers ». A ce sujet, et comme pour lever toute équivoque, Thoma Owona Assoumou martèle que : « le dossier de consultation d’entreprises a été transmis à l’Agence Française de Développement pour l’obtention de son avis de non objection, préalablement au lancement de l’appel d’offres international restreint prévu avant la fin du mois d’avril 2018 ». Voilà qui vient apporter un autre son de cloche suite aux informations diffusées via les réseaux sociaux et autres supports.

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ D'ARTICLES DE SOCIÉTÉ

0
Partages
0
Partages