dimanche 20 mai 2018
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Performances : l’Etat instruit l’accélération des réformes à la Campost Spécial

C’est la principale recommandation faite par la ministre des Postes et télécommunications lors d’une visite le 18 avril 2018, dans les locaux de l’entreprise.


Les résultats actuels de la Cameroon postal service (Campost) sont loin – très loin même – de satisfaire la ministre des Postes et Télécommunications (Minpostel). Et Minette Libom Li Likeng a absolument tenu à le faire savoir à ceux qui dirigent cette entreprise publique. La Minpostel s’y est en effet rendue le 18 avril dernier dans le cadre d’une visite à l’issue de laquelle, elle a prescrit l’accélération de la mise en œuvre des réformes engagées au sein de l’entreprise. La ministre fait notamment allusion à la révision du cadre organique de la Campost ; à l’assainissement de la situation financière de l’entreprise à travers la maîtrise des charges d’exploitation et l’optimisation des ressources ainsi que le développement des produits et services innovants devant lui permettre, « soit de conforter sa présence, soit de conquérir des parts de marché sur lesquels elle a perdu du terrain, dans ses différents domaines d’activités (courrier/colis, services financiers, business solutions), du fait de la concurrence et des produits de substitution », explique une source au Minpostel. « Il convient de rappeler qu’à la suite de nombreuses contreperformances mettant en péril la survie de l’entreprise, poursuit un cadre du Minpostel, l’Etat a engagé depuis quelques années un programme de restructuration de la Campost, afin d’en faire une entreprise performante répondant aux missions qui lui sont assignées ». C’est donc logiquement que Minette Libom Li Likeng a tenu à effectuer cette visite qui se situe dans le cadre du suivi de la mise en œuvre du plan de restructuration de l’opérateur postal camerounais et qui avait pour objet non seulement de discuter avec les principaux responsables de l’entreprise, de l’état d’avancement de la mise en œuvre des ré- formes prescrites en vue de son redressement afin que celle-ci s’insère dans l’écosystème numérique national, mais également d’encourager les personnels pour les sacrifices consentis depuis le lancement du processus de restructuration de la Campost.


De réformes en réformes


Pour rappel, la crise au sein de la Campost remonte à l’année 2004, lorsque celle-ci s’est retrouvée en panne de liquidité, et incapable de rembourser l’épargne de ses clients. Dans la batterie des réformes impulsées à l’époque par l’Etat, la gestion de la Campost a été retirée aux Camerounais dès l’année 2007 et confiée au cabinet canadien Tecsult International Ltd. Or au bout de 2 ans, ledit cabinet a plutôt laissé un trou de 2 milliards de francs CFA dans les caisses, suite aux détournements de fonds perpétrés par certains agents. En 2010, l’Etat camerounais jettera cette fois-ci son dévolu sur le Français Sofrepost, pour remettre l’entreprise sur les rails. Si l’équipe de Sofrepost a permis à Campost de retrouver un certain équilibre financier (environ 850 000 comptes d’épargne et 56 700 comptes courants gérés dans son portefeuille à fin 2013) et de déployer de nouvelles activités (transfert d’argent, service de courrier express), la gestion financière de la Campost ne s’est pas faite sans heurts, une fois de plus. Du coup, le 7 juillet 2016, le Conseil d’administration de l’entreprise décidait de mettre un terme à l’assistance technique étrangère, en nommant au poste de directeur général de cette société d’Etat, un inspecteur des postes et télécommunications de nationalité camerounaise.

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ D'ÉCONOMIE

0
Partages
0
Partages