dimanche 20 mai 2018
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Banc de touche : Lions indomptables font encore courir Spécial

L’appel à candidature pour un sélectionneur suscite beaucoup d’intérêt.


Malgré leur régression post-Can 2017 ; Les Lions indomptables gardent une côte positive sur le marché. En témoigne l’engouement suscité par l’appel à candidature lancé par la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) en vue du recrutement d’un nouvel entraîneur pour la sélection fanion. Au bas mot, 77 candidats à la succession d’Hugo Broos. Dans la liste, diverses nationalités se recrutant parmi les meilleures du football mondial : Allemagne, Belgique, France, Angleterre, Argentine, Portugal, Italie, Espagne, Nigeria, France, Zambie, République tchèque. L’équation va être difficile à résoudre pour le jury de désignation de l’oiseau rare, tant de fortes têtes ont postulé. Notamment dans la cuvée européenne d’où sortent généralement les sorciers blancs des Lions indomptables.


Le rêve de Claude Leroy


Si Claude Marie Leroy croit cette ultime occasion saisissable pour enfin de réaliser son rêve de boucler sa carrière d’entraîneur par le Cameroun, l’homme de la Coupe d’Afrique des nations (Can) 1988 devra faire face à des noms retentissants tels que Lothar Matthaus d’Allemagne, les Français Patrice Neveu, Didier Six et Philippe Troussier, le Belge Tom Saintfiet, l’Anglais Benjamin Toshak, l’Italien Marco Simone,… Mais aussi des outsiders tels que le Portugais Carlos Quiroz, son compatriote et ancien filleul Pierre Lechantre,… La cuvée africaine pense que son moment est venu de jouer les premiers rôles au Cameroun. Et Samson Siasia en est une des valeurs sûres. En face de lui, Wedson Nyirenda de Zambie.

 

Mais les Camerounais ne veulent plus vivre le martyre dans le silence. Presque tous les entraîneurs passés par différentes sélections nationales, sont en lice. Y compris d’anciens Lions indomptables qui n’ont jamais été dans un staff d’une sélection nationale. Ainsi, Rigobert Song que d’aucuns voyaient foncer droit vers ce poste avant la déculottée lors du Championnat d’Afrique des nations (Chan) ne désespère pas de se voir propulsé au sommet. Il faudra passer sur les dossiers d’un certain Jean Paul Akono qui résiste aux séquelles d’un Avc contracté alors qu’il se battait pour sauver ce poste il y a près de quatre ans. Quid de Marius Omog qui a fait ses preuves chez les A’ avant d’aller vendre son talent au Congo où il a ramené une Coupe de la confédération ? Ou de Sylvain Monkam qui ne veut plus jouer les seconds rôles. Des bureaucrates comme Tataw Stephen et Attah Robert veulent challenger des habitués du terrain tels Bertrand Eluna, Pierre Ndjili. Il y a d’anciens titulaires comme Fils Ngweha Ikouam et Jules Nyongha. En embuscade, Martin Ndtoungou Mpile ne veut plus être éternel adjoint.


Alexandre Bélinga crache sur l’offre


Et c’est ce même rôle qu’Alexandre Bélinga est fatigué de jouer. L’actuel intérimaire a préféré jeté l’éponge avant même le départ de la course. Après avoir gobé silencieusement l’offre d’assurer l’intérim après la non reconduction du contrat d’Hugo Broos, l’homme a conduit la sélection dans un match amical contre l’Arabie saoudite, avant de craquer. « C’est la deuxième fois que j’assure l’intérim dans cette équipe nationale du Cameroun. J’ai estimé que c’était la dernière fois. C’est une décision. Lorsqu’on a mon âge, on prend une décision, on a mûrement réfléchi. C’est une fois de trop. C’est pourquoi j’ai décidé de ne pas mettre ma candidature », s’est-il justifié. « Mais en même temps, je ne pense pas que je puisse faire partie de l’encadrement technique des Lions pour l’objectif 2019 », clarifie-t-il. « Ce n’est pas un entraîneur qui vient avec un projet. C’est la fédération qui a un projet voit quel est le technicien qui peut porter ce projet. C’est comme ça que les choses se font », enseigne-t-il. Pour le bonheur de 77 confrères.

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ DE SPORT

0
Partages
0
Partages