jeudi 19 avril 2018
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Fécafoot : Les élections incertaines au 31 août Spécial

Le flou se consolide sur l’éventuelle fin de la normalisation à la Fédération.


La session parlementaire du mois de mars s’est achevée ce samedi 31 mars 2018. Après un mois de travail, députés et sénateurs n’ont reçu aucun projets (ou même proposition) de loi se rapportant à la modification de la loi du 15 juillet 20111, portant organisation et promotion des activités physiques et sportives au Cameroun. Et pourtant, tout semblait présager que le ministère des Sports et de l’éducation physique (Minsep) l’introduirait à l’Assemblée à cette occasion. « A l’époque, la Fifa avait prévu que le mandat se termine le 28 février, mais tout ça c’était dans la l’espoir que la loi devait être adoptée en novembre » 2017, avait fait observer Veron Mosengo Omba, le Directeur de développement Afrique Caraïbes, le 27 février dernier à Yaoundé. L’homme venu faire l’audit fiduciaire de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot), avait indiqué qu’« il est important d’attendre le préalable que constitue la révision de la charte des sports ». Surtout, « on espère que ce sera fait lors de la session du mois de mars», avait-il mentionné.


Le rendez-vous est encore manqué. Et pourtant, au poste national de la Cameroon radio television (Crtv), au lendemain de la visite des émissaires de la Fifa, Euleterre Manga Zambo, Chef de la division des affaires juridiques au Minsep, annonçait que « le processus administratif qui doit conduire à la révision de la loi de 2011 est suffisamment avancé. Il y a un groupe de travail interministériel qui a été mis en place septembre 2017 et qui a rendu sa copie ». Certes l’expert des questions juridiques au Minsep déclarait qu’« un certain nombre d’arbitrages en termes de bonification de la mouture initiale qui a été proposée doit être fait, afin que le texte soit définitivement adopté », mais tout portait à croire que le projet devrait être sur la table du parlement en mars. Pour pouvoir réactiver le calendrier de la normalisation grippé. Déjà, « ces préalables échappent au contrôle du Comité de normalisation et à la Fifa », avait souligné l’envoyé de Gianni Infantino, parlant de la modification de la loi notamment. Et « c’est une promesse de votre ministre ; que la loi sera modifiée», appuyait Veron Mosengo. En clair, la suite dépendait de l’Etat camerounais. L’audit relevant de la Fifa.


Abdouraman relance la guerre


Entre temps, c’est l’ensemble du mouvement sportif qui est suspendu au rythme du football. D’autant plus que le renouvellement des mandats des exécutifs des fédérations, expirés fin 2016, en dépend. La plupart des fédérations n’échappant pas aux crises. Passée la session parlementaire de mars, il faudra attendre celle de juin. Le mandat prorogé du Comité de normalisation expire le 31 août 2018. A peine à deux mois de la fin du nouveau bail de l’équipe à Happi. Le 14 décembre 2017, le normalisateur en chef prévoyait que «si les textes reviennent au plus tard le 15 janvier, nous tiendrons le calendrier car nous pouvons organiser des élections en un mois». A l’époque, la fin était fixée pour le 28 février 2018. Toujours est-il qu’entre temps, les maîtres transitoires de Tsinga ont vu la confiance des contestataires s’effriter. Abdouraman Hamadou à l’origine des multiples annulations des différentes élections organisées depuis 2013, a repris le chemin du Tribunal arbitral du sport (TAS). Pour contester la prorogation du mandat du Comité de normalisation. Comme à l’époque de Joseph Owona. Du coup, le climat à la Fécafoot n’est plus aussi propice qu’au départ.

Dernière modification le samedi, 31 mars 2018 21:30

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ DE SPORT

0
Partages
0
Partages