jeudi 19 avril 2018
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Ce que valent les relations économiques Cameroun-Chine Spécial

En 47 ans des liens diplomatiques, le pays de Xi Jinping est le premier partenaire commercial du Cameroun, tandis que le Cameroun est le deuxième grand bénéficiaire africain du financement chinois.


La visite d’Etat ( la toute première d’un chef d’Etat après la réélection du président chinois Xi Jinping) que s’apprête à effectuer le président de la République, Paul Biya, les 22,23 et 24 mars, démontre que les relations entre le Cameroun et l’Empire du milieu, encore appelé la Chine sont vielles. Plus de quatre décennies. Et les retombées économiques se comptent à la pelle. Selon des données de la Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement (Cnuced), entre 2000 et 2014 par exemple, le Cameroun a capté 2750 milliards de francs CFA d’investissements directs étrangers (IDE), dont 1850 milliards de francs CFA provenant de la Chine. Ce qui représente environ 67 % des IDE en direction du Cameroun. Ces statistiques font ainsi de la Chine le 1er investisseur au Cameroun, selon le ministère de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat). L’Empire du milieu est talonné par les pays tels que la France, les Etats-Unis et le Nigéria. Et ce n’est pas tout.

En 2015, par exemple, le volume des échanges commerciaux bilatéraux entre le Cameroun et la Chine a atteint 2,6 milliards de dollars américains, soit un peu plus de 1510,15 milliards de francs CFA.

La Chine: leader des infrastructures au Cameroun

Les relations économiques entre le Cameroun et la Chine sont des plus concrètes. Ce pays au milliard d’habitants est leader dans la construction des infrastructures d’envergure au Cameroun. L’on cite notamment la construction du Port en eau profonde de Kribi ; des barrages de Lom Pangar, Memve’élé et Mekin. Dans cette rubrique figure aussi le barrage hydroélectrique de Lagdo inauguré le 29 novembre 1986 par le président Paul Biya. Le premier du genre au Cameroun. Il fournit l’électricité à la partie septentrionale du pays et permet l’irrigation des cultures en aval.

A cela on peut ajouter les travaux de construction des autoroutes Yaoundé- Douala et Yaoundé-Nsimalen, la pose de la fibre optique, etc. Dans le secteur minier, la Chine se refuse d’être un cadet, elle y renforce sa présence depuis quelques années à travers Sinosteel, l’entreprise qui développe le projet de fer des Mamelles de Kribi, dans la région du Sud. Dans la même perspective, le Premier ministre, Philemon Yang, a signé le 13 juillet 2015, un arrêté portant création, organisation et fonctionnement de la Commission spéciale ad hoc de sélection d’une entreprise chinoise pour la construction du chemin de fer et du terminal minéralier du projet Mbalam et de la mise en œuvre du plan de développement de la boucle minière du Dja. En plus, le registre des échanges commerciaux entre Yaoundé et Beijing n’est pas du tout vierge. Les importations camerounaises en provenance de la Chine se composent principalement de produits informatiques, électroniques et optiques et de produits textiles et cuir.

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ D'ÉCONOMIE

0
Partages
0
Partages