mercredi 21 février 2018
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Lfpc : Contre vents et marrées, Semengue organisera son élection le 28 juillet Spécial

Une session extraordinaire de son conseil d’administration a eu lieu hier à Yaoundé.


Après avoir eu gain de cause auprès de la Chambre de conciliation et d’arbitrage (Cca) du Comité national olympique et sportif du Cameroun (Cnosc), le général Pierre Semengue a simplement décidé de poursuivre sa marche vers la tenue des élections  la tête de la Ligue de football professionnel du Cameroun (Lfpc). Au cours d’une session extraordinaire de son Conseil d’administration tenue ce vendredi 15 avril, la Ligue a ainsi décidé de la tenue de l’élection à la présidence pour le 28 juillet prochain. Son président intérimaire Pierre Semengue ayant vu les résolutions du Comité exécutif de la Fécafoot portant prorogation de son mandat d’un an et annulation des statuts de la Ligue révisés en 2014, être annulées. Ce qui supposait donc que le ciel restait bleu pour l’homme qui tenait à légitimer son bail initialement fondé sur un acte nominatif d’Iya Mohammed, prorogé deux fois par Joseph Owona, le président du Comité de normalisation de la Fécafoot, et une fois déjà par Tombi à Roko Sidiki.


Après le verdict de la Cca, Pierre Ismaël Bidoung Mpkatt, le ministre en charge des sorts, avait tenu deux réunions tripartites (avec la Ligue et la Fécafoot), pour tenter de désamorcer les tensions entre la Ligue et la Fédération. Malgré la victoire de Semengue. La Fécafoot estimant que les textes révisés devraient être validés par la Fécafoot, tel que le prévoient les dispositions statutaires. Mais il reste que c’est sur la base de ces statuts que les délégués de la Ligue ont été désignés pour l’assemblée générale élective qui a vu l’élection de Tombi à Roko.


C’est que, en revenant aux statuts de 2011, Pierre Semengue ne se représenterait pas à sa réélection en respect d’une disposition de l’article 82 desdits textes qui proscrivait la candidature du président intérimaire à la fin de son mandat transitoire. Désormais, Semengue sera candidat. Et en face, il risque de ne pas y avoir du répondant car même si Franck Happi et Saint Fabien Mvogo sont également annoncés dans la course, il reste qu’ils doivent démissionner de leurs fonctions au moins trois mois avant l’échéance électorale. Ce qui risque de ne pas être fait.

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ DE SPORT

0
Partages
0
Partages