jeudi 19 avril 2018
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Lions indomptables : Pourquoi Nkoulou, Mbia et Song ont été exclus Spécial

  • vendredi, 23 mars 2018 11:18
  • Écrit par  Arthur Wandji

Alors que le Comité de normalisation veut ramener en sélection tous les joueurs qui avaient décidé de quitter l’équipe nationale, les trois internationaux n’ont pas été sollicités. Joël Matip, Samuel eto’o et Bidoung Mkpatt cités parmi les causes de cette mise à l’écart.


Joël Matip bloque Nicolas Nkoulou


La dernière fois qu’il a porté le maillot de l’équipe nationale du Cameroun remonte au 5 février 2017, lors de la finale de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) à Libreville au Gabon. Rentré en jeu en cours de match à la place d’Adolph Teikeu, blessé (31e), puis auteur du but de l’égalisation (1-1, 60e), le défenseur de 27 ans a permis à son pays de triompher sur l’Egypte (1-2). Avant d’annoncer un mois plus tard, qu’il prenait une pause avec les Lions Indomptables. « Après la récente consécration en Coupe d’Afrique des nations avec mes coéqui piers et frères, accompagnés par tout le peuple camerounais, ayant le sentiment du devoir accompli envers mon pays, j’ai décidé de faire une pause avec la sélection nationale », a indiqué le défenseur central en mars 2016. Depuis, il n’a plus jamais été appelé en équipe nationale et ses chances de revenir sont quasi nulles. Voire même inexistantes. Ce ne sont certainement pas les qualités techniques de Nkoulou qui posent problème, encore moins son niveau de jeu. Titulaire indiscutable dans l’axe de la défense du FC Torino, il affiche une forme resplendissante depuis le début de la saison. Patron de la défense du « Toro », Nkoulou a éclipsé la concurrence et est devenu l’un des hommes de base du coach. En 27 titularisations (2 buts) en Serie A, le Camerounais a mis les supporters du club et la presse italienne d’accords. « C’est un joueur qui est toujours bien noté, toujours en prenant en compte sa provenance et son statut de rookie (débutant, Ndlr.) de Serie A. On lit et on entend que des choses positives à son sujet », assure Valentin Pauluzzi, journaliste spécialiste du football italien.

 

 

NkouLou ? Matip n’en veut pas

Pourtant, il a bien été exclu de la réunion de « réconciliation » initiée le 5 mars dernier à Paris par le président du Comité de normalisation de la Fécafoot qu’accompagnait Samuel Eto’o. Tous les joueurs présents à cette rencontre ont été convoqués en vue du match amical qui va opposer le Cameroun au Koweït le 25 mars prochain. Or d’avis de commentateurs sportifs, Nkoulou aurait dû faire partie de ces retours. Si elle n’est pas d’ordre sportif, la sélection de Nkoulou est conditionnée par le retour d’un autre joueur : Joël Matip. Le défenseur de Liverpool, lui-aussi en retraite internationale, a été approché par la Fécafoot qui souhaite le ramener en sélection. Le problème ? Matip « ne veut pas entendre parler de Nkoulou », apprend-on. « Si Joël Matip accepte de venir, alors, Nkoulou ne peut pas être convoqué ; parce que les deux ont un vieux contentieux à régler », indique une source introduite. C’est que, lors du Mondial 2014 – et même avant, Nicolas Nkoulou, alors vice-capitaine de la sélection, « avait toujours imposé la titularisation de son ami Aurélien Chedjou dans l’axe de la défense, au détriment d’un Joël Matip pourtant plus performant que les deux », raconte une source proche du dossier. Absent de la réunion de Paris parce qu’il devait disputer un match de Ligue des champions le lendemain à Anfield, le sociétaire de Liverpool serait disposé à un retour en sélection, mais à condition que ce soit « sans Nicolas Nkoulou ». « Tout le monde sait qu’en 2014, poursuit notre informateur, la sélection nationale était prise en otage par des clans. Ramener Nkoulou alors qu’il faisait partie de ceux qui menaient la bataille des clans ne constitue pas une garantie pour le changement que la Fécafoot veut impulser. De plus, c’est un peu de sa faute si Joël Matip a décidé de prendre sa retraite internationale ».

 

Bidoung Mkpatt n’a pas oublié Stéphane Mbia


Le ministre des Sports ne lui a pas pardonné son dérapage du 26 mars 2016, au soir du nul (2-2) concédé contre l’Afrique du Sud, en match qualificatif pour la CAN 2017. Ce jour-là dans le vestiaire du stade Omnisports de Limbe, Stéphane Mbia (31 ans), alors capitaine des Lions a rejeté la faute de la mauvaise prestation de l’équipe sur les « jeunes ». « Les jeunes qui sont alignés doivent être conscients qu’il y a des cadres comme Landry Nguémo et Sébastien Bassong qui ont été laissés hors de la liste et que si on leur a donné leur chance, ils doivent mouiller le maillot et ne pas être tendres comme on a vu », a lâché Stéphane Mbia. Sur le coup, Vincent Aboubakar a eu le « courage » de répondre : « on a fait un match moyen et il ne faut pas chercher à rejeter la faute sur les nouveaux parce qu’ils ne se sont pas sélectionnés eux-mêmes. Tu as passé le temps à critiquer l’ancien capitaine [Samuel Eto’o, Ndlr] mais lui n’a pas fait convoquer son petit frère chez les Lions ». Une réaction qui a failli faire dégénérer la situation. L’incident a été rapporté aux responsables de la Fécafoot et du Ministère des Sports. Et lendemain, Pierre Ismaël Bidoung Mkpatt tenait une réunion pour régler la situation. « Monsieur Mbia, a dit le ministre, je n’accepte pas que vous parliez ainsi de vos coéquipiers et que vous critiquiez les choix du coach. Ce que vous avez dit hier était irrespectueux et c’est intolérable. Vous parlez de cadres qui n’ont pas été retenus pour ce match, mais depuis que vous jouez ensemble, vos cadres-là et vous-mêmes, qu’avez-vous gagné ? ». Une sortie qui sonnait la fin de Mbia en sélection nationale ; puisque, deux jours plus tard, lors du match retour à Durban, il n’a pas été aligné. Et depuis, il n’a plus été convoqué en sélection. Mais alors que d’aucuns pensaient qu’il allait être lui-aussi présent à la réunion du 5 mars à Paris, des sources à la Fécafoot assurent qu’il est impossible d’envisager son retour dans la tanière. « Visiblement, le ministre des Sports ne lui a toujours pas pardonné sa bévue. De plus, Mbia a parfois fait montre d’une certaine arrogance et s’est souvent illustré en fauteur de trouble. La Fécafoot ne peut pas prendre le risque de négocier son retour en sélection ; c’est un récidiviste, il est capable d’empoisonner la bonne atmosphère et la sérénité que la Fécafoot voudrait ramener », indique un proche du Comité de normalisation.


Eto’o n’a pas fini avec Alexandre Song


S’il y a un qui ne pouvait pas espérer une place à la réunion du 5 mars à Paris, c’est bien lui, Alexandre Song. Parce que « Samuel Eto’o ne peut pas s’asseoir autour de la même table que lui », assure l’entourage de quadruple Ballon d’or africain. Et puisque le Comité de normalisation s’est appuyé sur l’ex-attaquant de l’Inter Milan, de Chelsea et du FC Barcelone pour convaincre certains « exclus » de la tanière à revenir, Alexandre Song peut tirer un trait sur la sélection nationale. Actuellement sans club, l’ex-milieu de terrain d’Arsenal est bien parti pour payer pendant encore longtemps, les frais de ses multiples clash avec Samuel Eto’o dont l’entourage assure que « même s’il est recruté au Real Madrid, Alexandre Song n’a aucune chance de revenir en sélection. Il est comme Stéphane Mbia : incontrôlable ; fauteur de trouble ; doté d’un égo surdimensionné ; et capable de semer la zizanie à tout moment ». Alexandre Song ne s’est jamais entendu avec Samuel Eto’o du temps qu’ils étaient en sélection nationale. Au contraire, il a souvent publiquement défié le buteur de Konyaspor qui semble-t-il, a convaincu le Comité de normalisation de ne pas l’inscrire dans ses projets.

Dernière modification le vendredi, 23 mars 2018 11:49

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

0
Partages
0
Partages