jeudi 19 avril 2018
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Lions indomptables : Le profil du successeur de Broos

La Fécafoot a lancé un avis de recrutement au poste d’entraîneur national A.


Dans un communiqué de presse signé ce 9 mars 2018, Dieudonné Happi, le président du Comité de normalisation de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot), a lancé un appel à candidature au poste d’entraîneur sélectionneur de la sélection nationale masculine A de football du Cameroun. La compétition est ouverte aux titulaires de la licence A fédérale ou A Caf, de la licence A Uefa, de la licence professionnelle ou tout autre diplôme équivalent. Outre la bonne santé physique et la bonne moralité requises aux impétrants, la Fécafoot taille le costume à la dimension de techniciens « ayant une bonne expérience de clubs professionnels d’élite ou de sélections nationales » ; mais aussi « un bon palmarès », en spécifiant « des trophées ou titres nationaux et internationaux remportés comme joueur ou entraineur de club ou entraîneur national ». Non sans mentionner l’obligation de résidence permanente au Cameroun, ainsi qu’une « bonne connaissance du football africain » et de l’outil informatique et un bon carnet d’adresse dans le milieu professionnel. En principe, aucune discrimination donc.

La différence viendra du projet de programme de travail couvrant la période 2018-2020, comme l’a exigé le Comité de normalisation. Une commission constituée d’experts se chargera de dépouiller et étudier les offres, pour en retenir trois. A charge pour la Fédération, de prendre la décision finale. Après avis du ministre des Sports et de l’Education physique. Les candidatures seront reçues jusqu’au 24 mars. Mais aucune date n’est encore avancée pour la désignation du futur entraîneur. En attendant, Alexandre Bélinga, 55 ans, assurera l’intérim. Comme ce fut déjà le cas après l’éviction de Volker Finke en 2015. L’homme conduira la sélection nationale lors du match amical du 24 mars prochain contre le Koweit. Avant de se préparer à céder la place avant la reprise des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations (Can) 2019. Avec éventuellement l’espoir d’être maintenu comme adjoint. Les postes d’adjoints étant également ouverts à la concurrence. Mais l’entraî- neur principal devrait être un étranger, selon une certaine tradition non écrite. Le ministère des Sports et de l’Education physique, lui, vit en spectateur cette situation. Après avoir échoué à reconduire Hugo Broos contre l’avis de la Fécafoot, Bidoung Mpkatt se contente d’ignorer le jeu d’en face. « Le plus important pour le ministre actuellement est ailleurs. L’heure n’est pas aux polémiques », avoue-t-on au Minsep

Dernière modification le vendredi, 23 mars 2018 11:09

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ DE SPORT

0
Partages
0
Partages