vendredi 20 avril 2018
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Livre : Valentin Zinga scrute la démocratie au Cameroun Spécial

L’ancien journaliste a présenté mardi 13 mars dernier son ouvrage, Cameroun : chroniques d’une démocratie assistée, récemment paru aux éditions Ifrikya.

C’est l’histoire de la vie politique de notre pays que Valentin Siméon Zinga, retrace dans son livre intitulé, Cameroun : chroniques d’une démocratie assistée, paru aux éditions Ifrikya. Le nouveau  livre de l’ancien journaliste a été présenté mardi 13 mars dernier à Yaoundé. Ce recueil des éditoriaux et chroniques  publiés durant son séjour dans les rédactions, met en exergue les jeux et enjeux de la démocratie camerounaise. Et «ces textes gardent leur actualité vingt ans après pour certains», fait remarquer Stéphane Akoa, dans la note de lecture. « J’avais rencontré Valentin à travers le Eboussi Boulaga ; et j’avais trouvé une certaine profondeur de ses textes, une portée prospective et je me suis dit qu’il fallait les consigner dans un livre pour la postérité», confie Joseph Fumtim, directeur de la collection Interlignes, dans laquelle se range le livre. «Et lorsqu’il est devenu éditeur, il est revenu me voir pour me relancer», reconnaît l’auteur.  Et la pertinence du contenu est d’autant plus pertinent que «aucun texte n’a été élagué, ni enrichi », souligne l’auteur.

Autant contrarier cet étudiant qui a soupçonné le journaliste aujourd’hui reconverti dans la communication institutionnelle, que «je ne saurais vouloir corriger quelques coquilles dans mes écrits», essaie de clarifier Valentin Zinga. «Est-ce peut-être une façon de revivre ses années de journaliste ? », est remonté à la charge David Atemkeng, ancien collègue de l’auteur. « Il est clair qu’on est journaliste dans l’âme ; on n’arrête pas d’y penser ; mais il y a des choix dans la vie », a réagi le journaliste en retrait.

Le plus important, recadre Valentin Zinga, c’est « les faits que j’ai mis en perspective ». Expliquant le concept qu’il expose : « La démocratisation assistée c’est deux choses. D’abord les dynamiques  endogène avec les acteurs nationaux qui revendiquent et poussent à l’action ; et les dynamique exogène, avec ce qu’on appelle Communauté internationale, notamment le Commonwealth et les grandes puissances qui finissent toujours par être ceux qui obtiennent les actes pris par le pouvoir en place. Un exemple, le processus électoral dont toutes les avancées sont le fait de ces forces endogènes, et pourtant les acteurs nationaux n’ont de cesse de faire des propositions», précise l’auteur. Alexie  Tcheuyap mentionne dans sa préface que ce livre  « est un regard raffiné poli mais incisif, qui permet de saisir la dynamique sociopolitique au Cameroun depuis plus de trente ans. Il trace la démarcation entre servilité des laudateurs du régime et la pugnacité parfois grimacée de ses critiques les plus acerbes ».

La note de lecture  présentée par Stéphane Akoa  a fourni un peu plus de détails sur la pensée de l’auteur.  Le Politologue et chercheur à la fondation  Paul Ango Ela  a succinctement  relevé la distanciation faite par  l’auteur dans son ouvrage. Une idée que corrobore Alexie  Tcheuyap «  le mérite de ce livre est d’avoir allié une démarche journalistique qui consacre le caractère heuristique du contenu avec une épistémologie scientifique qui soutient une analyse des institutions politiques camerounaises. Elle doit réconcilier  le lecteur avec le fait politique en décrivant celui-ci non seulement dans ses principales limites ou cotés les plus abjects, mais aussi en esquivant des pistes. Il arrivent souvent qu’après lecture d’un livre aussi distingué que celui de Zinga, le lecteur soit renforcé dans sa conviction de sale jeu de la politique n’est bon que pour les « politichiens », c'est-à-dire que ceux qui s’empare de la chose publique, la République à des fins exclusivement privées », peut-on lire à la préface de cet ouvrage de Valentin Siméon Zinga.

 

 

Dernière modification le vendredi, 16 mars 2018 09:37

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ DE POLITIQUE

0
Partages
0
Partages