lundi 21 mai 2018
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Can 2019 : Le Maroc joue dans le camp du Cameroun Spécial

Le royaume chérifien a démenti vouloir reprendre l’organisation de son partenaire.


«Le royaume est aux côtés de nos amis Camerounais. Et la Fédération à la disposition de la Fédération Camerounaise pour faire de la Can au Cameroun une fête du football africain». Les propos sont de Fouzi Lekjaa, le président de la Fédération royale marocaine de football. «On a tenu à vous parler pour mettre fin à des rumeurs qui ont circulé sur la place publique depuis un bout de temps. Je vous réitère la position de la Fédération et du royaume du Maroc», a tenu à préciser le patron du football marocain, dans une déclaration commune avec Dieudonné Happi, son homologue de la Fédération. Au sujet de la Coupe d’Afrique de nations (Can) 2019 dont l’organisation camerounaise est l’objet d’une polémique née des propos d’Ahmad, le président de la Confédération africaine de football (Caf) qui, depuis juillet 2017, ne cesse de tancer le pays de son prédécesseur sur ses capacités à tenir le pari d’une compétition dont le cahier des charges a été modifié lors du symposium sur le football africain de juillet 2017. Choix que le nouveau maître de la maison du football africain conteste, autant que les Can 2021 et 2023 attribuées à la Côte d’ivoire et à la Guinée.


Eto’o, Mohamed VI, Paul Biya et le Mondial 2026


Dans la foulée, le Maroc, candidat à l’organisation de la Coupe du monde 2026, avait dit sa disponibilité à sauver cette Can attribuée au Cameroun depuis 2014 sous l’ancien régime. Ahmad estimait alors que «même une Can à quatre, le Cameroun ne peut pas l’organiser». Avant même la première visite d’inspection de la Caf. Et la mission effectuée en janvier 2018, après l’avortement du rendez-vous d’août 2017, le président de la Caf avait contesté le rapport de ses émissaires qui s’étaient félicité des avancées observées sur le terrain. «Il y a des gens qui veulent mentir», s’était-il révolté. Confortant les soupçons sur un projet de retrait de l’organisation au Cameroun au profit du Maroc qu’il a choisi comme la capitale de la Caf et où il organise toutes les activités de l’instance. En marge des travaux du Symposium sur le football féminin en Afrique, le Maroc a voulu clore ce dossier. «Donc finies les rumeurs. Le Maroc est à vos côtés dès aujourd’hui pour mettre à votre disposition tous nos dispositifs, tous nos acquis pour faire de la CAN 2019, la première à 24 équipes, une fête du football africain sur les terres de notre cher pays frère et ami le Cameroun», a insisté Fouzi Lekjaa. Soulignant que «les relations entre le Roi du Maroc et le président Biya du Cameroun sont des relations qui se situent au-dessus des manifestations footballistiques». Paul Biya ayant déjà indiqué que «le Cameroun sera prêt le jour dit», à propos de cette Can. Le Maroc, lui, a intérêt à régler cette question, au moment où Samuel Eto’o joue sa partition parmi les égéries devant vendre la candidature du Maroc pour le Mondial 2026. Les concurrents étant le Mexique et les Etats-Unis.

Dernière modification le mardi, 06 mars 2018 22:43

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ DE SPORT

0
Partages
0
Partages