vendredi 20 avril 2018
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Présidentielle 2018 : Bédzigui, «Pal» copie du Rdpc Spécial

L’ancien allié de l’Undp vient de rallier la cause de Paul Biya aux cotés de pontes du parti au pouvoir.


Célestin Bédzigui ne sera pas candidat à l’élection présidentielle 2018. La certitude vient de ce que le président du Parti pour l’alliance libérale (Pal) vient de prendre part à un meeting de ralliement des élites politiques du département de la Lékié, à la cause du président sortant et non moins candidat naturel du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc). Avec un geste fort, la contribution de 500 000F dans la besace apprêtée pour les besoins de la cause. Soit l’une des plus importantes sommes versées lors de ce meeting organisé à Monatélé le 4 février 2018. Ce qui a suscité des curiosités. Pour un homme qui vient de quitter l’alliance avec l’Union nationale pour la démocratie et le progrès (Undp) que dirige Bello Bouba, pour évoluer en solitaire. Mais plutôt que de défendre l’idéologie du parti qu’il a créé en 1991, Célestin Bédzigui a choisi de rester dans le bateau de la majorité présidentielle, dans lequel il a voyagé depuis 1997 pour le compte de l’Undp, sans jamais jouer un rôle de premier plan dans sa marche.


«Il y a un mois, le Président Biya a donné des instructions aux services compétents d'engager le processus devant aboutir à terme à la construction du barrage de Lebanga sur le fleuve Sanaga, en aval de Monatele, un barrage dont le potentiel de production est de 1000 MW, le troisième en Afrique après Inga au Zaïre et Assouan en Égypte, pour un investissement de $ 2milliards, soit 1000 milliards F», commence-t-il sa justification. «L'impact économique de cet ouvrage sera considérable puisqu'entre autre, il accroîtra l'offre d'électricité au point de permettra enfin que la voie ferrée du Transcamerounais étant utilisée en voie minéralière, la bauxite de Mini Martap, de Ngaoundal soit acheminé en zone Moyenne Sanaga dans la région du Centre, pour être transformé en Aluminium, impulsant la création d'un pôle industriel pouvant générer des centaines de milliers d'emplois», poursuit-il.


Grâce à Eyebe Ayissi,…hymne à la gloire de Biya


Un projet qui compte, pour le leader politique. «C'est une démarche qui entre dans la vision industrielisante (Sic) du PAL, le parti politique que je préside et pour lequel la question économique est centrale au Cameroun si on veut améliorer les conditions de vie des populations», salue-t-il. «Je suis le promoteur de ce projet sur lequel des partenaires technico-financiers sont à la tâche et engageront les études dans quelques jours», conclut-il. Le morceau est lâché. Se félicitant de ce que «bien qu'informé de cet état de fait et surtout connaissant ma vision critique de la gouvernance du pays, le président Biya [ait] donné son aval à ce projet, administrant ainsi la preuve de ce que son sens patriotique peut prendre le dessus sur des manœuvres politiciennes qui auraient pu bloquer une initiative si salutaire pour le Cameroun». D’où son ralliement à la candidature de Paul Biya. Lui qui n’a pas pu prendre la direction de l’Undp lors du dernier congrès électif du parti. «Cette communauté de vue de la primauté de l'économie dans la politique du Cameroun commande que mon Parti et moi-même soutenions sa candidature à l'élection présidentielle à venir, afin que soit confortes les possibilités de réalisation de ce projet pharaonique ainsi que d'autres dont le PAL est porteur», conclut-il.


De quoi entonner presque, un hymne à la gloire de celui qu’il a souvent critiqué dans ses analyses de la marche de la nation. «Dans la configuration actuelle de la scène politique au Cameroun où pullulent des candidatures des plus fantaisistes, soutenir la candidature présidentielle de Biya est la moins mauvaise solution, et même mieux, la meilleure option pour préparer l'avenir du PAL», déclare-t-il. Ne tarissant pas d’éloges à l’endroit d’Henry Eyebe Ayissi, le ministre de l’Agriculture qui l’a invité à la rencontre "Lekie Unie" pour cette opération de charme en public. Célestin Bédzigui n’a donc pas attendu que la critique investisse longtemps le terrain pour essayer de faire passer la pilule que Denis Atangana a refusé d’avaler. «A notre sens, faire la politique c'est faire les choix qui maximise les chances de réaliser le bonheur des populations», philosophe-t-il dans ce texte justificatif qu’il a intitulé Le temps des clarifications.

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ DE POLITIQUE

0
Partages
0
Partages