mercredi 21 février 2018
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Anafoot : Le pari de sauver le football camerounais Spécial

Enow Ngachu nourrit cette ambition, en lançant la sélection des premiers pensionnaires.


Ce 1er février 2018, l’Académie nationale de football (Anafoot) engage à travers ses dix pôles régionaux, la sélection des jeunes talents qui constituent la première génération des pensionnaires de ce centre de formation publique au football. Les 500 meilleurs sortiront des 2636 enfants (2246 garçons et 390 filles), enregistrés lors de la phase de détection des talents organisée entre le 18 décembre 2017 et le 28 janvier 2018. Des chiffres flatteurs pour Enow Ngachu, le directeur général de l’Anafoot, pour une année de lancement de cette structure étatique. La demande ayant d’ailleurs été plus forte, mais l’Anafoot a maintenu la barre aux enfants nés en 2005. Ce qui a éliminé une bonne partie de candidats.


Du coup, en conférence de presse ce mardi, le patron de l’Anafoot a mesuré «combien la création de l’Anafoot était indispensable pour la prise en charge par l’Etat, de la formation et/ou de l’encadrement de nos futures étoiles du football». Assimilant le projet lancé par Paul Biya lui-même, à «une réponse des pouvoirs publics face au défi de la formation du jeune footballeur au Cameroun». La région de l’Est se montre plus intéressée chez les filles. La région la moins présente dans les championnats d’élite a enregistré 612 enfants dont 76 filles. Sur ce terrain, l’Extrême nord arrive en seconde position avec 65 filles, suivie du Littoral, 25 filles. L’Anafoot prévoit de retenir 50 enfants par région, soit 25 garçons et 25 filles. Mais dans l’impossibilité de pouvoir respecter ces quotas, Enow Ngachu prévoit de «faire des réajustements pour compenser de façon à avoir les 50 prévus par région». Les sélections se feront jusqu’au 18 février prochain. L’Anafoot accorde une importance capitale à ces opérations.


«Sérieux, anonymat, impartialité»


«Les résultats actuels de nos sélections nationales et de nos clubs me rappellent chaque fois combien l’Anafoot est interpellée dans le domaine de la formation», confie Enow Ngachu. Citant entre autres la non qualification du Cameroun pour le Mondial junior de football féminin, et l’élimination au premier tour des Lions indomptables A’ du Championnat d’Afrique des nations (Chan) 2018, pour se dire que «l’Anafoot s’inscrit comme l’une des solutions aux problèmes de qualité du football camerounais». D’où le sérieux que la direction générale de l’Anafoot tient à apporter dans le choix des premières semences de la structure. «C’est une phase hautement stratégique… et nous voulons y mettre tout le paquet pour que seuls les meilleurs soient retenus», souhaite Enow Ngachu. «Dans chaque région, 19 experts séjourneront pendant trois jours où ils évalueront ces 2636 talents. Ce travail se fera sous anonymat. A travers des plateaux et des matchs notamment, ces experts procèderont à l’écrémage des effectifs enregistrés dans chacun des pôles régional. Chacun d’entre eux présentera sa liste des sélectionnés, puis un dépouillement permettra de révéler les noms des 50 futurs pensionnaires de chacun des pôles régionaux»,explique Enow Ngachou qui parle de «mécanismes pour éviter les erreurs ou les limiter». Sensibilisant ses collaborateurs à suivre cette ligne tracée. «Nous appelons tous les intervenants de ce processus à beaucoup de professionnalisme, de sérieux et de probité», lance-t-il. Le vœu étant de «faire de l’Anafoot le temple du football camerounais». Et «Cela passe par un travail minutieux à la base».

Dernière modification le mardi, 06 février 2018 12:09

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ DE SPORT

0
Partages
0
Partages