jeudi 22 février 2018
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Présidentielle 2018 : Comment Fru Ndi maintient le suspens

John Fru Ndi, président sortant du SDF John Fru Ndi, président sortant du SDF

 

Le président sortant du Social democratic front (SDF) joue à un jeu trouble sur sa potentielle candidature à la tête du parti et à l’élection présidentielle mais certains militants aimeraient bien évincer cet indétrônable.

John Fru Ndi renoncera-t-il à la présidence de son parti, le Social democratic front (SDF), après 28 ans de règne ? Sera-t-il candidat à la prochaine élection présidentielle? Les réponses seront connues lors du prochain Congrès qui se tiendra du 22 au 24 février prochain. Cependant, incertitudes et spéculations règnent en grand maitre sur la fin du règne du chairman à la tête du SDF depuis la tenue du National Executive Committee (NEC) le week-end dernier à Bamenda, région du Nord-Ouest. C’est que, pour la première fois dans l’histoire de ce parti, la succession du chairman a été abordée en assemblée. Mais le président sortant du parti reste jusqu’ici évasif sur le sujet, faisant parfois croire à son retrait du bureau national et en même temps à sa volonté à briguer un énième mandat à la présidence de ce parti. A en croire Célestin Djamen, Ni John fru Ndi, durant le NEC, a donné l’impression de renoncer à la tête du parti qu’il a fondé dans les années 90. « Il a fait part du fait qu’il n’a pas toujours été en pleine forme ces dernières années. Il a subi quelques opérations chirurgicales qui ne l’ont pas laissé complètement en forme comme il l’a été auparavant. Il a fait part de sa volonté de continuer à parcourir le terrain comme il le faisait il y a quelques années et qu’il doutait un peu de la même forme qu’il puisse afficher dans les années à venir. Il s’est exprimé sur son état de santé et donné le sentiment que parfois il faut savoir quitter les choses », fait-il savoir à nos confrères de Radio Equinoxe.

 Et de commenter : « Je pense qu’il s’agit d’abord d’un homme qui a exprimé le sentiment de continuer à régner aux destinées du parti, il a eu le sentiment personnel que son état de santé pourrait passer avant l’exercice du pouvoir. Dans ce cas là, il a pensé qu’il était peut-être nécessaire de réfléchir à ne plus se représenter soit à la tête du parti, soit à être candidat pour l’investiture du parti ». D’ailleurs, un cadre du SDF nous confie qu’il y a une forte probabilité que John Fru Ndi ne se représente pas aux élections du parti mais à l’élection présidentielle.

  En 2017, le chairman avait exprimé son ambition de rivaliser Paul Biya cette année. Il avait alors déclaré à nos confrères de BBC qu’il était le seul candidat capable d’affronter Paul Biya dans les urnes et surtout le seul à pouvoir faire tomber le régime du renouveau. « Dans une démocratie en plein essor où vous vous battez pour la libération d’un peuple, vous ne pouvez pas remettre le bâton au milieu de l’océan […] Certains combattants de la liberté ont combattu pendant plus de 26 ans », indiquait-il, tout en précisant qu’il n’est pas trop vieux pour continuer de mener une lutte politique. Il faudrait donc comprendre que si John Fru Ndi quitte la présidence de son parti, il a légitimité à représenter son parti aux élections présidentielles à l’issue des primaires organisés au sein du SDF. Si l’alternance à la tête du parti de la balance est encore incertaine, tout porte à croire que le chairman conduira la destiné de son parti politique à la prochaine élection présidentielle. Un projet d’amendement a été introduit, à cet effet, samedi dernier par Me Mbah Ndam. Lequel projet, qui sera examiné lors du Congrès, porte sur la création d’un poste de président d’honneur pour John Fru Ndi. Selon un cadre du parti, ce poste interdit au chairman de cumuler la fonction de président national du parti. Ce qui lui donne par ailleurs le droit d’être candidat à la présidentielle 2018.

 Quoi qu’il en soit, plusieurs militants se montrent favorables à l’alternance de la présidence du parti et souhaiteraient même pas que le président national représente son parti à la prochaine élection présidentielle. D’aucuns aimeraient bien avoir Joshua Osih, 1er vice-président du SDF, à la tête de cette formation politique et candidat du SDF à la présidentielle. Mais des indiscrétions laissent croire que le fondateur du parti de la balance prépare son secrétaire général, Jean Tsomolou à ce poste, si jamais il y renonçait. Et pourtant, les experts des questions politiques pensent que le 1er vice-président, parfaitement bilingue et très populaire, est le seul candidat à mesure de battre le président Paul Biya dans les urnes en 2018. Pour tout dire, ces postes restent très convoités dans les rangs du SDF. Le maire de Loum, Guy Mesmin Kuate Wambo, a d’ailleurs manifesté sa candidature à la présidence du parti. Il faut noter qu’en 26 ans de règne, aucun militant n’a pu évincer le chairman. Donc, le congrès de février prochain sera plein d’enjeux et de surprises.

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ DE POLITIQUE

0
Partages
0
Partages