lundi 21 mai 2018
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Le Port Autonome de Douala revoit ses tarifs

  • lundi, 15 janvier 2018 10:50
  • Écrit par  Arthur Wandji

La nouvelle mesure, en vigueur depuis le 1er janvier vise notamment à offrir un service de qualité et s’arrimer aux normes internationales de sécurité.

Le Port Autonome de Douala (PAD) a une nouvelle grille tarifaire. Ce nouveau régime, applicable aux prestations rendues par le PAD, est en vigueur depuis le 1er Janvier 2018. Parce que survivre à la concurrence, poursuivre le développement des activités, la recherche de la performance et de la compétitivité du Port de Douala sont une nécessité pour les pouvoirs publics camerounais, cette révision des tarifs portuaires vise prioritairement à offrir un service de qualité réclamé par la Communauté portuaire et l’arrimage aux normes internationales de sécurité ; intégrer l’évolution de l’indice national des prix et revenir à un équilibre analytique des postes d’exploitation du PAD. Et aussi pour « faire face aux investissements souhaités par la Communauté portuaire, aux exigences internationales liées à l’application du code ISPS (Code international pour la sûreté des navires et des installations portuaires, Ndlr.) et à l’enlèvement des épaves des navires », explique une source au PAD.

Ainsi donc, il semblait indispensable de procéder à cette révision tarifaire dont les principales caractéristiques concernent : l’amélioration des postes d’exploitation liés aux navires, sans pour autant parvenir à l’équilibre analytique ; la révision des tarifs sur l’ensemble du domaine portuaire, dans le but de décourager ceux qui utilisent le port comme lieu de stockage et de soutenir les programmes d’entretien, de réhabilitation et d’investissement (routes, voirie, réseaux divers et autres commodités). Et aussi, le statu quo sur la rubrique marchandise avec toutefois l’introduction d’une taxe de sécurité pour asseoir une sécurisation plus poussée de l’enceinte portuaire intégrant entre autres la surveillance vidéo. « Il s’agit de dissuader les intrus et autres malfaiteurs qui affluent dans le Port et qui constituent clairement des menaces à la sûreté du Port de Douala. L’accès des dockers dans le Port restant libre », poursuit notre source.

D’après cette dernières, les réaménagements ainsi annoncés devraient être absorbés par les opérateurs économiques intermédiaires. En effet, les tarifs applicables aux prestations rendues par le PAD dataient du 22 décembre 1999. Ceux-ci avaient été au préalable réduits de 10 % après la réforme portuaire de décembre 1998. Or entre temps, l’indice des prix et l’environnement économique national augmentaient de plus 40 %. Du coup, les charges d’exploitation de l’entreprise se sont avérés globalement déficitaires et ce, pendant de nombreuses années. « Au cours de cette période, et afin de poursuivre ses activités, le PAD a continué de consacrer des sommes considérables à l’amélioration de l’offre de services aux navires ainsi qu’au renouvellement de quelques installations portuaires, à l’aménagement et la sécurisation du domaine portuaires », apprend-on encore. Mais ça, c’était avant. « Aujourd’hui diton, le Port autonome de Douala doit reprendre les investissements, au regard des exigences, de la concurrence du secteur maritime et portuaire voire de l’économie nationale ».

Dernière modification le lundi, 15 janvier 2018 11:10

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ D'ÉCONOMIE

0
Partages
0
Partages