mercredi 24 janvier 2018
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Nord-ouest et Sud-ouest: Paul Biya maintient l’option militaire contre les sécessionnistes Spécial

Le sujet a occupé une place importante dans le discours de fin d’année du Chef de l’Etat.

 

«J’ai (…) instruit que tous ceux qui ont pris les armes, qui exercent des violences ou qui incitent à la violence, soient combattus sans relâche et répondent de leurs crimes devant la justice». Paul Biya est clair : l’option militaire entreprise pour restaurer la paix dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest reste l’ultime solution pour combattre les partisans du southern Cameroon national council (Scnc) qui a récupérer les revendications socioprofessionnelles soulevées par les compatriotes exerçant des métiers des sous-systèmes éducatifs et judiciaires anglo-saxons. Et «pourtant, le Gouvernement s’est pourtant efforcé d’apporter des réponses appropriées», souligne Paul Biya. Le chef de l’Etat égrène un chapelet de manifestations de la surenchère des extrémistes : «Les symboles de la République ont été profanés. L’éducation de nos enfants a été prise en otage, par des pyromanes criminels qui n’ont pas hésité à incendier des écoles et à attaquer des élèves. Les activités économiques et sociales ont été perturbées par des mots d’ordre irresponsables, imposés aux populations par la menace, l’intimidation et la violence. Des attentats à la bombe ont été perpétrés. Plusieurs de nos compatriotes ont perdu la vie dans les violences orchestrées par les sécessionnistes. Des membres de nos forces de défense et de sécurité ont été assassinés de sang-froid, en accomplissant leur devoir», relève-t-il. Pour légitimer s'il en était encore besoin, le recours à la guerre.


«Comme j’ai eu à le rappeler récemment, il est de mon devoir de veiller à l’ordre républicain, à la paix sociale, à l’unité de la Nation et à l’intégrité du Cameroun», justifie-t-il la solution militaire. Et alors que des critiques dénoncent cette voie, le garant des institutions «félicite les forces de défense et de sécurité pour la bravoure, la détermination, la retenue et le professionnalisme dont elles ont fait montre jusqu’alors». D’autant plus que «les opérations de sécurisation engagées à cet égard ont donné d’excellents résultats». Et promet d’ailleurs qu’«elles vont se poursuivre sans faiblesse, mais sans excès».


Le Premier Camerounais est convaincu que «dans leur immense majorité, les Camerounais aspirent à vivre ensemble, dans la paix». Et dit «savoir que le souhait de tous les Camerounais de bonne volonté, est que les tensions cessent dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest et que la situation revienne à la normale». A cet effet, l’homme davantage mué en chef de guerre ces derniers mois, ne s’y renferme pas. «Le dialogue, je le précise bien, a toujours été et restera toujours pour moi, la voie privilégiée de résolution des problèmes, pour autant qu’il s’inscrive strictement dans le cadre de la légalité républicaine», clame-t-il. C’est dans ce sens, souligne Paul Biya, que «j’ai créé la Commission Nationale pour la Promotion du Bilinguisme et du Multiculturalisme, dont le rôle dans la promotion de notre vivre ensemble sera essentiel», justifie-t-il. En se félicitant de ce que «de nombreuses actions ont été prises par le Gouvernement à l’issue de ce dialogue, allant même au-delà des revendications initiales», le chef de l’Etat annonce que «d’autres sont en cours ou envisagées».

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ D'ARTICLES DE SOCIÉTÉ

0
Partages
0
Partages