jeudi 19 avril 2018
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Ce que la France pense de Paul Biya Spécial

Quelques traits du chef de l’État camerounais, vue de Paris, viennent d’être soulignés dans un livre confidences de Claude Guéant, ancien secrétaire général de l’Elysée sous l’ère Sarkozy.

Ses avis sur les rapports humains et officiels entre Nicholas Sarkozy et les chefs d’Etat africains valent leur pesant d’or. Et de surcroît, sur ceux qui se sont tissés, pendant des décennies, avec le président de la République du Cameroun, Paul Biya. « Un homme étonnant », d’après Claude Géant. Ce dernier est, selon des spécialistes des questions politiques, de ceux dont la parole compte. Son verbe et sa verve, d’après d’autres experts, participent à la structuration et à la compréhension des relations entre le président Biya et Nicolas Sarkozy. Et bien avant, des liens entre Paul Biya, François Mitterrand et Jacques Chirac. Son profil et parcours en politique semblent plaider en sa faveur. Claude Guéant a été tour à tour ancien préfet et directeur général de la police nationale. Il a dirigé les cabinets successifs de Nicolas Sarkozy de 2002 à 2003, puis la campagne présidentielle de 2007-2011. Cerise sur le gâteau. Il sera ministre de l’Intérieur durant 15 mois, soit un an trois mois et secrétaire général de la présidence de la République. Ses propos sur le président Biya, loin d’être des secrets de confession, viennent d’être livrés dans un ouvrage intitulé « Quelques vérités à vous dire ».

« Le cardinal » comme l’ont surnommé certains du fait de sa proximité d’avec les arcanes du pouvoir, confesse avoir, après chacune de ses rencontres officielles avec Nicolas Sarkozy rencontré « systématiquement » Paul Biya. Un personnage dont l’âge semble ne pas avoir d’emprise sur ses aptitudes physiques et sur sa capacité à gérer l’Etat du Cameroun. « A quatre-vingt-quatre ans, il joue tous les jours au tennis », écrit-il. « Il maintient avec constance un rythme de développement estimable dans son pays », affirme presque péremptoirement Claude Guéant, très souvent portraiturer comme celui qui chuchotait dans les oreilles de Nicolas Sarkozy. Et ce n’est pas tout. L’appareil administratif et institutionnel du Cameroun n’a pas échappé à l’analyse du « grand commis de l’État » français. Il en a touché un mot en déclarant, parlant de Paul Biya, qu’ « il a créé une véritable administration, de vraies institutions ». Et comme pour tourner en dérision ceux qui estiment à tort ou à raison que certaines affaires « clés » échappent au control du président de la République, Paul Biya.

Claude Guéant, surnommé par l’hebdomadaire français Le Point, « l’homme le plus puissant de France » est d’un avis contraire. Il déclare à ce sujet que « sans en avoir l’air, il veille à tout ». Le portrait ainsi dressé par Claude Guéant du président Biya, traduit, selon des spécialistes des relations franco-camerounaises, la constance dans les rapports entre le Cameroun et la France, mieux des liens entre Paul Biya et les chefs d’Etat de la cinquième République. Même si certains avancent que ses rapports prennent de temps à autre, un coup.

Dernière modification le jeudi, 14 décembre 2017 13:42

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ DE POLITIQUE

0
Partages
0
Partages