jeudi 19 avril 2018
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Des Nigérians se rallient aux sécessionnistes camerounais Spécial

Le groupe Biafra, basé au Nigeria voisin se dit préoccupé par la situation dans le nord-ouest et le Sud-ouest, et affirme avoir mené des incursions au Cameroun contre les forces de sécurité.

        

La Ligue de la jeunesse  des nations   de Biafra (Bnyl) affirme   s’être ralliée aux séparatistes autoproclamés   des régions anglophones   du Cameroun. Basé dans  l’Etat du Cross River au Nigeria,   mais parlant le   même dialecte (le Ejagham)   que les populations   de l’arrondissement d’Eyoumojock   dans la région du   Sud-Ouest Cameroun, le   groupe de séparatistes nigérians   se dit préoccupé   par la situation dans la partie   anglophone du Cameroun, et affirme avoir mené   des incursions dans cette zone, contre les forces de sécurité nationales.

L’information   contenue dans un   article publié le 4 décembre   2017 dans le journal nigérian, New Telegraph, a été   reprise par le site internet   camerounais, Camerooninfo.net. « Ebuta Agbor   Takon, chef adjoint et chef   des opérations de Biafra   Broadcasting Service   (BBS), a déclaré que le   groupe était préoccupé par   la situation dans les régions   anglophones du Cameroun   et a ainsi révélé son intention   d’étendre la couverture   du BBS à cette région », informe   le journal. Et de souligner   qu’Ebuta Agbor   Takon « a rappelé qu’il est   parvenu à un accord » avec   l’Etat imaginaire d’Ambazonie   au cours de l’année   écoulée, « dans l’intérêt   commun ».

Toujours selon le même   journal, le chef des opérations   du BBS nigérian assure   avoir mené   récemment, une attaque à   Eyoumojock qui aurait   causé la mort de 8 militaires   camerounais. « Je   pense que l’attitude du   gouvernement camerounais   envers le peuple a motivé   des actions de la milice », souligne Ebuta Agbor   Takon dans le New Telegraph,   indiquant qu’il a été   « alarmé par les nombreuses   pertes subies par   le peuple lors des opérations militaires qui ont fermé la frontière d’Ekok à   quelques kilomètres d’Ikom   au Nigéria ». « Le Bnyl a   déclaré que le groupe et le   Governing Council d’Ambazonia   sont en train de tisser   une alliance pour l‘intérêt   du Biafra et du Southern   Cameroons et pour des   meilleurs résultats », poursuit   le journal.

Les séparatistes   nigérians accusent le   gouvernement camerounais   de retenir captifs, plus   d’une cinquantaine de leurs   partisans. « Parmi eux se   trouvent Geo Tang et Eric   Ngu qui ont tous deux été   arrêtés avec des centaines   d’autres à Bamenda en lien   avec l’émeute. Nous demandons   également au Cameroun   de libérer le leader   Applaud Prince, qui avait   conduit une équipe de sécessionnistes   à Uyo (Nigéria),   le 20 février 2016 où   nous avons eu une discussion   fructueuse et avons   trouvé une solution », indique   encore Ebuta Takon.

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ DE POLITIQUE

0
Partages
0
Partages