mardi 12 décembre 2017
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Contrefaçon : le Cameroun perd 100 milliards chaque année

Selon un récent rapport du ministère des Finances, c’est aussi bien le trésor public que les entreprises qui sont délestés d'importantes ressources financières à cause de ces fléaux.

D’après un récent rapport publié par le ministère des Finances, le Cameroun perd en moyenne chaque année, plus de 100 milliards de francs CFA en raison de la contrebande et la contrefaçon, lesquelles touchent à tous les secteurs d’activités du pays. « La contrebande et la contrefaçon touchent tous les secteurs de l’économie, notamment des produits de grande consommation : boissons, ciment, sucre, poulet congelé, cosmétiques, cigarettes, tissus, médicaments, emballages plastiques non biodégradables, etc. », dénonce ledit rapport. Une situation dangereuse pour l’économie camerounaise dans son ensemble puisque c’est aussi bien le trésor public que les entreprises qui sont ainsi délestés d’importantes ressources financières chaque année. A en croire le rapport du ministère que dirige Alamine Ousmane Mey, ces deux fléaux ont des conséquences négatives sur les entreprises du pays, lesquelles peinent toujours à écouler leurs marchandises du fait des produits contrefaits qui inondent les marchés, souvent à des prix très bas. Selon le document ainsi rendu public, ces maux sont la cause de la faillite de plusieurs entreprises privées notamment. « Depuis le 1er juin 2017, des équipes opérationnelles des douanes procèdent à un maillage systématique du territoire national à la recherche des marchandises sensibles à origine douteuse telles que : les alcools, les produits cosmétiques, les boissons, le ciment, les produits ferreux, les cigarettes, le sucre, les véhicules de luxe, les produits pétroliers, les huiles végétales, etc. L’opération Halcomi enregistre ainsi de nombreuses saisies de marchandises de contrebande et de contrefaçon », confiait à la Tribune Afrique, Edwin Fongod Nuvaga, directeur général des douanes camerounaises.

 Plusieurs mesures de lutte

Chaque année en effet, les autorités camerounaises prennent des mesures pour tenter d’assainir les marchés et réduire les réseaux de contrebande et de contrefaçon. L’Etat a par exemple mis en place une brigade dite Halte au commerce illicite (Halcomi). Cette unité a déjà fait des descentes inopinées sur le terrain pour contrôler et saisir les marchandises contrefaites. Ainsi a-telle rien qu’en cette année, arraisonné un bateau qui transportait plus de 120 tonnes de gasoil et mis la main sur des véhicules de luxe de contrebande au Port autonome de Douala, apprend-on. Toujours selon les mêmes sources, la société camerounaise Amla Metrics et le ministère du Commerce ont signé il y a un an, une convention pour la conception d’une application numérique devant permettre de détecter les produits de contrebande ou de contrefaçon. Lentement, mais surement, le combat contre la contrebande et la contrefaçon se poursuit, même si malgré les opérations menées sur le terrain par les autorités compétentes, la bataille est encore très loin d’être remportée.

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ D'ÉCONOMIE

0
Partages
0
Partages