mardi 12 décembre 2017
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Crise anglophone : La déclaration de guerre de Biya Spécial

Le chef des armées annonce des «dispositions» en vue de rétablir la paix et la sécurité sur toute l’étendue du territoire.


Il aura fallu l’assassinat de ces quatre militaires et deux policiers, pour que Paul Biya sorte enfin de sa réserve. Et prenne conscience de son rôle et ses missions en tant que chef de l’Etat. «Je pense que les choses sont désormais parfaitement claires pour tout le monde. Le Cameroun est victime des attaques à répétition d'une bande de terroristes se réclamant d'un mouvement sécessionniste», livre-t-il au micro de la Cameroon radio television (Crtv) ce jeudi soir à son retour d’Abidjan où il a pris part au 5ème sommet Union africaine-Union européenne. Le verbe «pense» est peut-être une mesure de prudence, mais il est clair que Paul Biya ne doute plus un seul instant de sa conclusion. Les derniers actes commis à Mamfé n’en étant pas les premiers du genre, depuis plusieurs semaines.


Le visage serré, la parole facile, l’homme dont la parole est rare, semblait avoir préparé son message. C’est un acte fort que le président de la République vient de poser. Lui que l’on annonçait sur le retour au lendemain de la fin du sommet d’Abidjan portant sur l’esclavage des Noirs en Libye, n’a ni pas pris son temps, ni changé de destination. Comme ce fut déjà le cas en septembre après l’Assemblée générale de l’Organisation des nations unies (Onu), lorsque Paul Biya prit la direction de l’Europe alors que son pays subissait de vives manifestations hostiles à son régime dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest, en crise. Cette fois-ci, toutes les cartes sont épuisées. Le dialogue voulu par Paul Biya n’a pas ramené la paix. Après beaucoup d’autres mesures visant à ramener à la table des négociations, du moins calmé les extrémistes. Lesquels poursuivent avec les actes de violence sur les éléments des forces de défense et de sécurité, quand ils n’ont pas incendié les bâtiments publics.


Alors «face à ces actes d'agression, je tiens à rassurer le peuple camerounais que toutes les dispositions sont prises pour mettre hors d'état de nuire ces criminels et faire en sorte que la paix et la sécurité soient sauvegardées sur toute l'étendue du territoire national», promet le Chef suprême des armées. En clair, de nouvelles mesures vont bientôt être prises pour prévenir les actes lâches des partisans du Southerns Cameroon national council (Scnc), et les neutraliser.

Dernière modification le vendredi, 01 décembre 2017 00:44

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ DE POLITIQUE

0
Partages
0
Partages