mardi 12 décembre 2017
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Portrait : Louis Paul Motaze, le major à la carrière prestigieuse Spécial

  • jeudi, 30 novembre 2017 10:19
  • Écrit par  Michel Ange Nga

Ils sont diplômés de l’Enam, ils font honneur au pays.    

Défis actuels vous présente quelques icônes de l’administration publique sortis de L’Enam.     

Dans les colonnes des journaux locaux, les états de services du ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat) occultent très souvent son parcours académique, à commencer par son passage à l’Enam. Et pourtant, Louis Paul Motaze se fait remarquer dès son entrée dans cette école de prestige en terminant premier de sa section au concours d’admission en 1981.

C’est la section Economie et finances qui retient l’attention du jeune Motaze. Au grand dam de ceux de ses proches qui le voyaient poursuivre des études en droit. Car quelques mois plus tôt, il obtenait une maîtrise en droit avec la mention « Bien », alors qu’il était inscrit à la faculté de droit de ce qui s’appelait encore Université de Yaoundé. Mais très vite, Louis Paul Motaze met tout le monde d’accord : ses notes impressionnent. A tel point qu’il termine major de toutes les sections de sa promotion à sa sortie de l’Enam en 1983.

Fort de ce tableau d’honneur, le fils de Bengbis, petite bourgade de la région du Sud, ne peut s’empêcher de tirer des plans sur la comète. Et c’est en France, et plus précisément au Havre, qu’il dépose ses valises pour des études complémentaires. En 1985, il décroche un Dess en transport international, mais aussi un Dea en droit public.

De retour au Cameroun, il débute dans la vie active à la Camship. En 1989, l’ancien de l’Enam arrive à la Camair où il occupe de nombreux postes stratégiques. En septembre 1999, Louis Paul Motaze fait face à son tout premier grand challenge quand il est nommé à la tête de la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale (Cnps), une entreprise parapublique en quasi faillite. En huit ans, il relève cette boite plombée par des arriérés de pensions dus aux retraités. Il est surtout connu pour avoir humanisé l’accueil et la prise en charge des vieillards.

Ce passage à la Cnps lui sert de tremplin pour atteindre les cercles du pouvoir. Le major de la promotion 1983 de l’Enam est nommé au ministère de l’Economie en 2007. Il lui revient le soin d’élaborer le Document stratégique pour la croissance et l’emploi (Dsce), qu’il lance en 2010. Il prend alors son bâton de pèlerin dans le but de décrocher des financements pour les nombreux projets contenus dans le Dsce. Ce qu’il continue de faire aujourd’hui, car il revient au Minepat en 2015 après un passage comme secrétaire général des services du Premier ministre.     Résultats des courses : Louis Paul Motaze, le Minepat, réussi à intéresser plusieurs bailleurs de fonds aux projets du Dsce. Il mobilise donc les financements pour les barrages hydroélectriques de Lom Pangar et de Memve’ele, pour la fourniture en eau potable des grandes villes du pays, pour des projets d’infrastructures routières comme le deuxième pont sur le Wouri. Louis Paul Motaze c’est aussi le projet de construction du port en eau profonde de Kribi qu’il a conduit de bout en bout selon la volonté du président Paul Biya. Louis Paul Motaze c’est enfin l’homme des réformes comme il a su le montrer alors qu’il était à la Cnps. Sa dernière victoire est la réforme de la consommation du budget d’investissement public : cette consommation avoisine aujourd’hui les 100 % alors qu’elle dépassait à peine la barre des 50 %. Ce qui fait laisse penser que le major de l’Enam a bien appris ses leçons…      

 

Dernière modification le jeudi, 30 novembre 2017 11:34

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ D'ARTICLES DE SOCIÉTÉ

0
Partages
0
Partages