mardi 12 décembre 2017
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Can 2019 : Le cabinet Roland Berger conduira les inspections Spécial

Le cabinet d’audit vient d’être désigné par l’administration de la Caf.


«Au terme d’une procédure d’appels d’offre, le cabinet Roland Berger a été retenu pour conduire l’audit organisationnel et des infrastructures devant accueillir cette compétition». L’information est contenue dans un communiqué de presse rendu public ce 21 novembre 2017 par le secrétariat général de la Confédération africaine de football (Caf). Le dévolu d’Ahmad a finalement été jeté sur un cabinet allemand spécialisé en conseil et stratégie, réputé très présent sur la scène internationale. L’adjudicataire du marché de «gendarmerie» auprès de l’organisateur de la Coupe d’Afrique des nations (Can) 2019, «devrait également se voir confier la mission de conduire un audit des Centres d’Excellence de la Caf du Cameroun, du Sénégal et d’Ethiopie». Une mission supplémentaire qui n’avait pas été annoncée auparavant.


Le cabinet Roland Berger va ainsi remplacer britannique PricewaterhouseCoopers (PwC) qui avait été retenue au départ pour évaluer les installations camerounaises pour la Can 2019, mais qui avait jeté l’éponge le 18 août 2017, soit la veille de la première visite d’inspection de la Caf, initialement prévue du 20 au 28 août 2017. Dans une confusion. C’est que, des informations avaient fait état de missions secrètes confiées par le président de la Caf à PricewaterhouseCoopers, pour tronquer les informations sur le terrain au Cameroun. «A Casablanca, le 17 août 2017, lors d’une séance de travail avec le président de la CAF, le débat autour du cahier des charges de PwC en terre camerounaise a échappé à la sphère de la neutralité pour devenir, aux yeux de cette structure, un enjeu de mise à l’écart du Cameroun», aurait notamment déclaré Edouard Messou, le représentant de PricewaterhouseCoopers en Côte d’ivoire, à une radio française, avaient rapporté les autorités de Yaoundé. Et même si le cabinet britannique avait par la suite réfuté les informations attribuées à l’un de leurs représentants en Afrique, cet incident arrivait au moment où Ahmad, le président de la Caf, venait de créer une polémique autour de la capacité du pays de son prédécesseur d’abriter l’événement. En visite au Burkina Faso, le Malgache avait déclaré que le Cameroun ne sera pas prêt pour l’organisation de la Can 2019. Pis, l’homme que l’on accusait au pays d’Issa Hayatou, d’organiser la chasse aux sorcières contre les anciens maîtres de la Caf, avait déclaré que «même une Can à quatre équipes, le Cameroun ne peut pas l’organiser». Lui qui venait de faire modifier le cahier de charges e la Can, passant notamment de 16 à 24 équipes participantes, et de quatre à six stades de compétition.


La conséquence du désistement de PricewaterhouseCoopers était le report sine die de la première visite d’inspection de la Caf au Cameroun. Mais aussi, le sort de l’organisateur de la Can 2019, jadis dépendant de la réunion du Comité exécutif de la Caf de septembre, a été repoussé également. Le dossier devrait être étudié lors de l’Assemblée générale de février prochain au Maroc.

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ DE SPORT

0
Partages
0
Partages