lundi 20 novembre 2017
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Droit d’auteur : Isidore Modjo renoue avec les sit-in chez Tchiroma Spécial

L’ancien collaborateur de la Crtv ne démord pas dans la revendication du paiement de ses 50 millions Fcfa, dus à l’exploitation par le poste national de ses œuvres.


«C’est désormais tous les jours. Il a dit dans une presse que je peux venir autant de fois que je veux. Je lui ai dit que je vais rester ici, tous les jours. Je ne vais plus m’arrêter. Le sit-in, c’est tous les jours, jusqu’à ce que j’obtienne l’exécution de cette instruction», martèle Isidore Modjo, assis à même le sol à l’entrée du ministère de la Communication ce lundi matin. Il pend sur sa tête une banderole sur laquelle on peut lire : «Wanted : Issa Tchiroma, Mincom, Pca de la Crtv et Charles Ndongo, Dg de la Crtv : les deux qui défient le Pm». Sur une deuxième banderole suspendue à son cou, il apparait à priori : «voici l’instruction du Premier ministre Chef du Gouvernement, Philémon Yang du 29 mars 2017».


De plus près, il s’agit en effet d’une lettre du Secrétaire général des services du Premier ministre, à l’adresse du ministre de la Communication, imprimée sur cette bâche. «Le Premier ministre me charge de vous demander d’instruire le Directeur général de la Crtv de finaliser le projet de contrat ci-joint et de verser à monsieur Isidore Modjo une rémunération de Fcfa cinquante millions (50 000 000), dans les meilleurs délais, en contrepartie de la cession définitive et exclusive de l’ensemble des droits attachés à ses œuvres en exploitation par la Crtv», écrit Séraphin Magloire Fouda à Issa Tchiroma Bakary.


Lobbying


En dépit de cette correspondance, l’auteur des génériques utilisés dans différentes éditions du journal parlé de la Crtv depuis des lustres déclare n’avoir toujours rien reçu, sept mois après, et n’entend pas se résigner dans son opiniâtreté. Cependant, toutes nos tentatives pour en savoir davantage auprès des personnalités mises en cause, se sont avérées infructueuses.


Isidore Modjo aurait même entrepris du lobbying auprès d’organismes internationaux, à l’effet d’obtenir leur caution dans la résolution de cette affaire. «J’étais en Europe, où j’ai été entendu par les responsables de l’Union européenne, entre le 3 octobre et le 16. Il y avait deux propositions : l’exil, et une deuxième dont je ne parlerai pas. C’est celle-là que j’ai adoptée. J’ai refusé l’exil parce que c’est la coupure entre mon pays et moi. Dans l’exil, il était question que je m’avoue vaincu, et j’ai refusé parce qu’aller en exil, veut dire donner raison à Issa Tchiroma et à Charles Ndongo», révèle-t-il.

Dernière modification le mardi, 31 octobre 2017 18:05

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ D'ARTICLES DE SOCIÉTÉ

0
Partages
0
Partages