mardi 12 décembre 2017
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Fécafoot : Happi engage la chasse aux sorcières Spécial

Les cadres de l’ancien régime écartés des affaires de diverses manières.


Me Happi Dieudonné ne compte pas faire avec les barons de l’ancien régime et les cadres laissés par Tombi à Roko Sidiki. A la troisième semaine du séjour du Comité de normalisation installé à la tête de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot), Me Happi Dieudonné a engagé le « balayage » de la maison, comme le souhaitaient les adversaires à l’équipe déchue. Et naturellement, les premières victimes de l’opération sont les élus qui siégeaient au sein du Comité d’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (Cocan) 2019. Tombi à Roko Sidi et compagnie ont été remplacés le 27 septembre 2017 par les membres du Comité de normalisation. Le président du Comité remplace Tombi à Roko comme vice-président, pendant que Samuel Bellet Edimo en devient le nouveau rapporteur. Les trois autres membres de la normalisation occupent les mêmes fonctions dans ce comité restreint. Et dans les comités locaux et techniques, les élus de la Fécafoot tant au niveau fédéral qu’au niveau décentralisé, ont été virés et devront être remplacés le moment venu par les nouvelles personnes élues au terme de la normalisation. Mais la nouvelle équipe nommée par Pierre Ismaël Bidoung Mpkatt, le ministre des Sports et de l’éducation physique (Minsep), sous l’instigation du patron de la normalisation, inclut de nouvelles personnes parmi ceux qui n’ont pas bénéficié de la confiance de Tombi à Roko en son temps. Il en est ainsi de Jean Jacques Mouandjo dont le nom, lu dans un premier temps dans la liste, a sauté le lendemain lors de l’installation, comme beaucoup d’autres. Tombi à Roko ayant contesté ces noms qu’il n’avait pas proposés.


Les salaires suspendus


En revanche, des pontes de l’ancien régime quittent le navire. Entre autres, Etienne Claude Tamo (directeur du protocole sous Tombi à Roko), Faustin Mbida (directeur de cabinet), Albert Ayomba (directeur des affaires juridiques et point focal Tas), la secrétaire de Tombi à Roko qui officiait à la commission traduction. Blaise Moussa, lui, n’a pas seulement été viré du Cocan. Le secrétaire général recruté par Tombi vient de perdre son poste et parle d’une séparation consécutive à une « discussion en gentleman » avec son nouveau patron. L’homme était sur un siège éjectable depuis quelques jours. Le premier acte du normalisateur en chef avait suspendu de signature le patron de l’administration. Au profit de Martin Etonge, un ancien de la tour de Tsinga écarté par Iya Mohammed.


La partie devrait se poursuivre dans les prochains jours. Sur le départ, des sources voient des membres du cabinet de Tombi à Roko comme sa secrétaire, Etienne Claude Tamo, Albert Ayomba, Faustin Mbida,… Mais aussi, les recrues du président déchu. Lesquels sont souvent accusés d’être grassement rétribués. Et Dieudonné Happi a commencé par suspendre les salaires. «Il annonce des entretiens avec le personnel, notamment les cadres. A la fin, il pourra se séparer de certains, et réduire les salaires des autres », suppute une source.

Dernière modification le dimanche, 01 octobre 2017 15:40

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ DE SPORT

0
Partages
0
Partages