jeudi 19 octobre 2017
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Samuel Eto’o : Le pompier à la manœuvre Spécial

L’ex capitaine des Lions indomptables a joué les médiateurs auprès du président de la Caf pour arrondir les angles.


Il ne fait l’ombre d’aucun doute que Samuel Eto’o Fils est déjà entré en action dans le cadre de la mission à lui confiée par Paul Biya pour recoller les morceaux entre le Cameroun et les dirigeants de la Caf. Et ce n’est pas Ahmad lui-même qui cracherait sur une opportunité de faire la paix avec le pays des Lions indomptables. «Je remercie sincèrement Samuel Eto’o qui est venu me voir et m’a demandé de placer le football au-dessus de tout, de discuter avec nous du football en toute fraternité, en toute transparence (Sic)», a confié Ahmad à Radio France international samedi 23 septembre 2017. Visiblement une bouffée d’oxygène pour celui qui a déclenché une vague d’indignation et de contestation au Cameroun, au sujet de l’organisation de la Can 2019. En estimant début août que le pays ne sera pas capable d’organiser le tournoi dont il venait de modifier le cahier de charges. Les tensions avaient été exaspérées par le désistement du cabinet d’audit que la Caf avait retenu pour accompagner les experts devant effectuer la première mission d’inspection au Cameroun. Dans un contexte de suspicion. Samuel Eto’o a donc ouvert la brèche, remettant la balle au centre. «C’est dans ce sens que j’ai invité le président du Comité de normalisation du football camerounais pour venir discuter avec nous sur la gestion du football au Cameroun », indique Ahmad.


Autant dire que l’ex capitaine des Lions indomptables a trouvé la bonne formule pour parler au nouveau patron du football continental. Du coup, l’homme qui ne rate jamais l’occasion de pincer le pays de son prédécesseur, n’a pas loupé le pays de son « ami » Eto’o. « Personne n’a dit qu’on a retiré la Can 2019 au Cameroun. A aucun moment. Ni le Comité exécutif de la Caf, ni moi-même, ni le Congrès de la Caf », tente-t-il de rassurer. « Mais c’est eux-mêmes qui gesticulent », tance-t-il le Cameroun. « Je ne vous le cache pas, une délégation de l’exécutif du Cameroun, je refuse de la recevoir, je les laisse gesticuler d’abord dans les médias, après lorsqu’ils veulent travailler, qu’ils viennent maintenant », pousse-t-il plus loin. Sauf que le président de la Caf avait lui-même ouvert les hostilités en dénigrant un pays qui venait d’organiser de la plus belle des manières la Can féminine 2016, comme l’ont relevé tant les dirigeants de la Caf d’alors que de nombreux observateurs.

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ DE SPORT

0
Partages
0
Partages