mardi 12 décembre 2017
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Eglise évangélique du Cameroun : Un Sous-préfet interdit une communication du Pr Hendje Toya Spécial

La crise qui secoue cette obédience religieuse au Cameroun justifie l’acte du sous-préfet de Yaoundé 1er.


Yaoundé Nlongkak ce 6 septembre 2017. Il est un peu plus de 14h. Entre les nombreux véhicules stationnés devant la paroisse de l’Eglise évangélique du Cameroun (Eec) sise au lieu-dit Carrefour Régie, se faufilent de nombreuses personnes. A distance, la police est perceptible. Les hommes en ténue ont pris d’assaut les lieux. Il faut montrer patte blanche pour accéder dans l’enceinte. Une mesure qui vise prioritairement la presse. Le point de presse devant boucler les travaux du bureau élargi de l’Eec vient d’être interdit. «Nous avons été surpris qu’on nous serve une lettre du sous-préfet à 13h dans laquelle il interdit le point de presse que nous avons prévu pour la fin des travaux», se plaint le Pr Jean Samuel Hendje Toya. D’autant plus que la manifestation était déclarée. D’ailleurs elle a pu se tenir et «c’est à une heure du point de presse qu’on l’interdit», souligne-t-il.


L’ère de l’appel à la réconciliation est révolue


De quoi amener le président de l’Eec à y voir un acte complot contre la «2ème force religieuse au Cameroun, la première protestante». D’autant plus que «lorsque les deux régions rebelles descendent dans la rue pour gesticuler, on ne les a jamais empêchés, mais lorsque la majorité veut fonctionner normalement, on l’en empêche», fait remarquer le président élu le 23 avril dernier et qu’une frange des membres de l’Eec conteste, pour non-respect du principe de la rotation tribale. Mais le camp au pouvoir fait valoir la loi du nombre. «La vérité a éclaté et les informations insidieuses et mensongères sur les élections de Ngaoundéré sont mises à nue. Sur 22 les présidents de régions synodales, 20 étaient présents à nos travaux, sur les 24 membres du conseil, 22 étaient présents, une est malade, un autre était absent et tous les invités ont répondu présent», relève Hendje Toya pour qui «désormais, toutes les interrogations, toutes les informations mensongères seront dissipées». Mais «nous respectons les institutions du pays. Nous nous sommes mobilisés pour le développement du pays : dans le domaine médical, nous sommes la première force après l’Etat, dans le domaine scolaire et universitaire nous sommes présents, avec notamment deux universités», rappelle le président de l’Eec.


Toujours est-il que la page de l’appel à la réconciliation est tournée. «Nous avons tendu la main et elle est fatiguée ; on ne tendra plus, on va rentrer en action. Les forces de l’ombre et des ténèbres ne vont jamais avoir raison de notre église. Père, quels que soient les obstacles, cette église résistera jusqu’à l’accomplissement de la parole de ton fils qui a versé son sang, ce sang si précieux, pour nous», menace le leader de l’Eec.

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ D'ARTICLES DE SOCIÉTÉ

0
Partages
0
Partages