vendredi 22 septembre 2017
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Lions indomptables : Hugo Broos chicotte ses joueurs en public Spécial

L’entraîneur en chef essaie de se départir de sa mission et rejette tout sur ses joueurs.


Hugo Broos a contourné par deux fois la question relative à sa responsabilité personnelle dans la déculottée des Lions indomptables. Pas que l’homme n’a pas compris la question qui a été posée en les deux langues officielles du Cameroun que le patron de l’encadrement technique des Lions indomptables comprend et parle aisément. Le plus important pour l’homme est la dénonciation de l’attitude des Camerounais. «Ce que je ne comprends pas avec les Camerounais, c’est qu’ils veulent la reconstruction, mais ne sont pas patients ; vous alignez tel joueur dès que ça ne réussit pas, ils veulent que l’entraîneur parte, que le joueur soit écarté pour tel autre», regrette-t-il. «Il faut accepter la défaite sportivement», essaie-t-il de raisonner.
Mais comment comprendre «ces défaites successives sept mois seulement après avoir gagné la Can ?», a insisté un journaliste. «Nous avons une équipe en pleine reconstruction, il faut leur donner le temps de mûrir et d’avancer», philosophe Hugo Broos. Quid de cette attaque toujours aphone ? «Nous n’avons pas eu la chance aujourd’hui», répond le technicien belge qui fait observer que «nous avons bien joué aujourd’hui ; c’était mieux que ce que nous avons fait vendredi en match aller au Nigeria. La-bas, je n’ai pas reconnu mon équipe, ces joueurs qui ont remporté la Can».
Le pont est vite posé pour faire le dis rond à ses joueurs, notamment Vincent Aboubakar et Christian Bassogog, les attaquants principaux qu’il n’a pas titularisés en match retour contre le Nigeria. «Aboubakar quand il a le ballon il croit que tout doit toujours passer par lui ; Christian (Bassogog) a un problème : son jeu est prévisible. A la Can, on ne le connaissait pas, mais les entraîneurs ne sont pas dupes ; ils savent tous que dès que vous mettez un défenseur rapide, c’est fini pour lui», fait observer Hugo Broos. On comprend pourquoi ces deux attaquants préférés n’ont pas commencé le match. «Quand Aboubakar est entré, il a essayé de faire mieux, il se démarque et demande beaucoup, il a compris ce que je veux de lui mais il n’y a pas eu de réussite; Christian, lui, est resté le même», trahit le technicien en chef.

Dernière modification le mardi, 05 septembre 2017 02:17

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ DE SPORT

0
Partages
0
Partages