vendredi 22 septembre 2017
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Russie 2018/Lions indomptables : La fin du rêve Spécial

Le Cameroun s’est fait accrocher par le Nigeria ce soir (1-1).


«Il devient difficile de se qualifier pour Russie 2018. On va travailler pour la Can 2019, et j’espère que le Cameroun l’organisera». C’est la voix la plus autorisée qui parle. Le scepticisme est d’Hugo Broos lui-même. L’entraîneur sélectionneur des Lions indomptables a presque tourné la page des éliminatoires de la Coupe du monde 2018. Le tournant : le nul d’un but partout qui a sanctionné à Yaoundé ce soir du 4 septembre 2017 dans le choc Cameroun-Nigeria. Et c’est le Nigeria qui ouvre le score par Simon Moses, avant que le pays hôte ne rétablisse l’équilibre à l’entame du dernier quart d’heure de jeu.


Par ce nul effectivement, le Nigeria passe à dix points en quatre sorties, alors que le Cameroun enregistre son troisième point en quatre matchs. Mathématiquement, une qualification du pays des Lions indomptables demeure possible, mais à force de calculs. Car il faudra qu’en même temps le Cameroun gagne ses trois derniers matchs pendant que le Nigeria en perd, et que la Zambie, actuel deuxième et qui joue demain mardi contre l’Algérie, fasse un nul, puis bat le Nigeria et se fait battre par le Cameroun.


Aboubakar et Bassogog ne rassurent pas Broos


En clair, les conditions deviennent longues et ne dépendent plus du Cameroun à lui seul. Or Hugo Broos lui-même ne compte plus vraiment sur ses éléments. Notamment les attaquants dont la mission principale est de marquer des buts pour porter la sélection à la victoire. Les principales pièces ont d’ailleurs été retenues au banc ce soir au démarrage du match. Broos a préféré Fabrice Olinga, Nsame et Moukandjo. «Sur le terrain, Aboubakar pense que tout doit passer par lui… Christian (Bassogog) joue un football très prévisible. Dès qu’il a le ballon, on sait ce qu’il va faire», fait-il observer. Raison pour laquelle le technicien en chef a d’abord laissé ses éléments au banc, avant de les injecter après qu’ils ont observé le jeu. Sauf que «aujourd’hui encore, Aboubakar a mieux joué aujourd’hui mais il n’y a pas eu de chance pour nous, Christian a fait la même chose qu’on lui reproche», regrette-t-il. Ainsi, "nous avons mieux joué aujourd"hui par rapport à vendredi", compare Hugo Broos. Hélas!


Autant dire que le miracle ne viendra pas par ces attaquants qui font office de meilleurs pour Hugo Broos. A peine une demi-dizaine d’occasions pour un but inscrit sur penalty à la 75ème minute par Vincent Aboubakar, à la suite d’une faute du portier nigérian sur Arnaud Djoum. Et c’est avec l’entrée des deux attaquants non titularisés d’entrée, que l’attaque camerounaise s’est réveillée. «Nous avons eu une deuxième mi-temps difficile avec les entrées de Bassogog et Aboubakar qui étaient de la Can qui a vu le sacre du Cameroun, mais n’eût été le penalty nous aurions pris les trois points du match», rappelle Gernot, le coach nigérian. L’homme estime avoir simplement été ralenti dans son objectif de la qualification pour la Coupe du monde 2018. «Nous aurons la Zambie lors de la prochaine journée chez nous, et j’espère que nous prendrons notre ticket lors de ce match», espère le patron technique des Super Eagles. Le Cameroun, lui, jouera les troubles-faîtes entre la Zambie et le Nigeria.

Dernière modification le mardi, 05 septembre 2017 16:51

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ DE SPORT

0
Partages
0
Partages