vendredi 17 novembre 2017
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

AFFAIRE FECAFOOT : Comment Abdouraman menace l’organisation de la CAN 2019

Suite au recours qu’il a introduit au tribunal fédéral suisse sur la réintégration de l’exécutif élu le 24 mai 2009 à la Fécafoot, le cameroun pourrait se voir suspendre par la FiFa et donc, perdre sa coupe d’afrique.

Ce n’est un secret pour personne. Le président de la Confédération africaine de football (CAF), le Malgache Ahmad Ahmad rêve de retirer l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football 2019 au Cameroun. Or, si ses manoeuvres visant à mettre le pays organisateur dos au mur ont été vaines jusqu’ici, il y a bien quelqu’un qui pourrait lui offrir une occasion en or de parvenir à ses fins : le Camerounais, Abdouraman Hamadou. L’homme qui se présente comme l’unique et seul vrai président du club de l’Etoile Filante de Garoua est au coeur de la crise qui secoue le football camerounais depuis 2013. C’est grâce (ou à cause) de lui que le Conseil de la Fédération internationale de football association (FIFA) a décidé le 23 août dernier, de la mise sur pied d’un nouveau Comité de normalisation à la tête de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot). Une décision liée d’une part « à la confirmation par le Tribunal arbitral du sport (TAS) du jugement de la Chambre de conciliation et d’arbitrage du Comité olympique et sportif du Cameroun, laquelle a annulé la procédure électorale ayant mené à l’élection en 2015 de l’actuel Comité exécutif de la Fécafoot » suite à un énième recours de sieur Abdouraman et, d’autre part, « aux récentes tentatives infructueuses de la FIFA visant à rapprocher les différentes parties prenantes du football camerounais et ainsi sortir de l’impasse » puisque le même Abdouraman avait refusé de prendre part à la réunion de conciliation initiée par la FIFA d’abord à Zurich, puis à Conakry.

Ainsi donc, Tombi à Roko et son bureau n’iront pas jusqu’au terme de leur premier mandat aux commandes de la Fécafoot. Déjà vainqueur de plusieurs batailles juridiques, Abdouraman Hamadou a cette fois-ci gagné la guerre. Même si ce dernier demeure une menace pour l’organisation de la CAN 2019. En effet, la mise sur pied d’un Comité de normalisation à la Fécafoot n’a jamais été le principal but recherché par le numéro 1 de la contestation de l’Exécutif de la Tour de Tsinga. Abdouraman Hamadou vise plus gros : la réhabilitation à la Fécafoot du Comité exécutif 2009. L’objectif, permettre à John Begheni Ndeh, premier vice-président dudit Comité exécutif de prendre les commandes de la Fécafoot, au grand dam du clan Iya Mohammed, président de ce Comité, aujourd’hui incarcéré à Yaoundé. « En ayant toujours donné l’impression de se battre pour le droit, Abdouraman sait pouvoir manipuler John Begheni Ndeh qui, depuis le début de la crise en 2013, ne jure que par lui. Revenir à l’Exécutif de 2009 reviendrait simplement à donner les pleins pouvoirs à Abdouraman », diton au sein du clan Tombi à Roko.

vers La suspension du cameroun ?

Mais en quoi Abdouraman constitue-til une menace pour l’organisation de la CAN 2019 ? A la vérité, l’ancien directeur de cabinet d’Iya Mohammed a un recours en instance au tribunal fédéral suisse. « Sur la question de la réintégration du Comité exécutif de 2009, le TAS dit que nous l’avons saisi tard parce que le délai c’est 20 jours après la notification, et non 21 jours. Or, sur la décision qui nous a été servie le 12 novembre 2015 par la CCA, il est écrit que le délai d’appel est de 21 jours », expliquait Abdouraman. Ainsi donc, s’il s’est retourné vers le tribunal fédéral suisse, « pour faire constater que le délai d’appel a été respecté afin que celui-ci renvoie cette affaire devant le TAS pour que le TAS entre en matière et prononce la réintégration du Comité exécutif de la Fécafoot élu le 24 mai 2009 avec à sa tête monsieur Begheni Ndeh en l’absence de monsieur Iya ». Pour lui, du fait que la Fifa a son siège en Suisse, elle est tenue d’appliquer et de faire appliquer les effets de cette confirmation. Pourtant, avouent des sources à la CAF, « s’il arrive que le tribunal fédéral suisse donne raison à Abdouraman, ce qui devrait d’ailleurs se passer, le TAS sera dans l’obligation de prononcer la réhabilitation de l’Exécutif de 2009 pour assurer l’intérim à la Fécafoot. Cela voudrait dire que le Comité de normalisation mis en place par la FIFA devra être dissout ». Une situation qui, assurent nos sources au Caire, amènera assurément la FIFA à suspendre le Cameroun. Le pays de Roger Milla étant suspendu même pour une heure, le président de la CAF devrait sauter sur l’occasion pour lui retirer l’organisation de sa CAN, de la même manière que les Lions Indomptables, tenants du titre seront déclarés forfaits. Autant de scénarii qui devraient se produire si Abdouraman Hamadou persistait dans sa démarche. A moins que les autorités camerounaises lui intiment l’ordre d’annuler sa requête auprès du tribunal fédéral suisse.

Dernière modification le lundi, 28 août 2017 10:13

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ DE SPORT

0
Partages
0
Partages