vendredi 22 septembre 2017
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Ahmadou Ahidjo : «Nous avons eu la main libre de nous exprimer» Spécial

Le président Afrique francophone de Price Watherhouse Coopers Le président Afrique francophone de Price Watherhouse Coopers

Le président du Comité départemental du Djerem s’exprime après l’élection de la nouvelle présidente de la Croix rouge camerounaise

 

Quels sont vos impressions après cette élection ?


Je suis vraiment comblé ; je suis très satisfait. Satisfait du moment que c’est une première fois que les présidents des comités départementaux se sont exprimés. C’est la toute première fois que les présidents de comités ont élu valablement leur représentant. Pour moi c’est une joie, c’est une satisfaction.


Avant ça se passait comment ?


Avant, on avait un candidat coopté. Nous assumons la décision ; je veux dire l’instruction. Aujourd’hui, nous avons eu la main libre de nous exprimer.


Vous voulez dire qu’avant, on vous imposait un candidat ?


Ce n’est pas la dictature ; c’était parfois des arrangements où il n’y a un seul candidat et vous n’avez pas d’autre choix ; mais aujourd’hui nous avons eu la latitude d’avoir plusieurs candidats. Ce qui nous a permis de faire un choix.


Il y a eu beaucoup de bruits, beaucoup de tractations ; êtes-vous sûr que les lendemains vont être meilleurs ?


Celle qui est élue aujourd’hui est la présidente de la Croix rouge camerounaise. Elle est la présidente de toutes les présidentes et tous les présidents départementaux. C’est dans son intérêt et dans l’intérêt de la Croix rouge camerounaise d’œuvrer pour que ce mouvement change de visage, pour que ce mouvement ressemble à un mouvement humanitaire.


Qu’est-ce qui fait courir les gens à la Croix rouge ? Pourquoi les gens s’agitent ?


Pour certains, pour le pouvoir, pour d’autres, pour l’argent, mais pour d’autres encore pour l’humanisme. Et j’ai la ferme conviction que celle qui a été élue aujourd’hui est là pour la cause humanitaire.


Il y a donc beaucoup d’argent à la Croix rouge ?


je dirais oui, je dirais aussi non. Parce que Dieu merci, nous avons des patrimoines, il y a l’Etat qui nous tend la main, nous avons des partenaires qui nous assistent. je dirais non parce que ça ne se ressentait pas sur le terrain. Tout ce qui était donné ne se ressentait pas sur e terrain. Donc je pense qu’aujourd’hui, nous avons écrit une autre page de l’histoire de la Croix rouge camerounaise.


Vous voulez dire ? Qu’un président de la Croix rouge est riche ?


A la Croix rouge camerounaise, on ne peut pas parler de richesse ; mais la richesse du président de la Croix rouge camerounaise est la ressource humaine, c’est le capital humain que la personne saura mobiliser. C’est ça sa richesse. Mais dire que le président de la Croix rouge camerounaise est riche ce n’est pas ça. C’est des personnes nobles, c’est des personnes qui ont eu à servir ailleurs ; et soit leur expérience, soit leur agenda leur permet d’être visibles, et il attire donc l’attention des délégués qui sont les électeurs.


Que gagne-ton en étant humanitaire, quel est le profit que vous tirez ?


Nous profitons énormément. Premièrement d’avoir aidé son semblable, d’agir pour éviter la mort d’un être humain. C’est ce sentiment de satisfaction d’avoir sauvé des vies qui anime l’humanitaire.


Mais vous ne vivez pas que d’eau…


Bien sûr. Nous avons tous nos occupations quotidiennes. Mais nous laissons un peu de notre temps au volontariat pour assister les autres.

Dernière modification le mardi, 22 août 2017 14:56

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ D'ARTICLES DE SOCIÉTÉ

0
Partages
0
Partages