vendredi 17 novembre 2017
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

YAOUNDE VI : Réné Emmanuel Sadi désavoue Tsimi Evouna Spécial

  • jeudi, 17 août 2017 10:38
  • Écrit par  Chamberline Moko

Le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation a refusé  d’invalider l’élection de Jacques Yoki Onana comme le souhaitait Gilbert Tsimi Evouna.

Attendu pour vider définitivement  le contentieux  qui paralyse depuis près  de trois mois le fonctionnement  de la mairie de Yaoundé VI, le ministre  de de l’Administration territoriale  et de la Décentralisation  (Minatd), Réné Emmanuel Sadi,  s’est finalement prononcé le 10  août denier. Dans un arrêté, le Minatd  a tranché en reconnaissant  l’élection de Jacques Yoki Onana.  Ce qui signifie que Yoki Onana  sera officiellement installé dans  ses nouvelles fonctions de premier  magistrat municipal de la commune  de Yaoundé VI par le préfet  du Mfoundi. La date arrêtée est le  18 août prochain. 

Par cet acte, Réné Emmanuel Sadi  met ainsi fin à la période d’intérim  assurée par le troisième adjoint au  maire, St Eloi Bidoung, depuis  pratiquement un mois. Par cet  acte encore, le Minatd donne raison  au préfet du département du  Mfoundi, Jean Claude Tsila, qui  avait approuvé l’élection de  Jacques Yoki Onana comme premier  magistrat municipal de  Yaoundé VI. Toutefois, et c’est là  le plus intéressant, en constatant  l’élection de Yoki Onana, Réné  Emmanuel Sadi désavoue publiquement  le délégué permanent  du comité central du Rassemblement  démocratique du peuple camerounais  (Rdpc) dans le  Mfoundi, en la personne de Gilbert  Tsimi Evouna. En effet, Gilbert  Tsimi Evouna, par ailleurs  délégué du gouvernement auprès  de la communauté urbaine de  Yaoundé avait saisi par correspondance  en juillet dernier le ministre  Réné Emmanuel Sadi pour  lui demander d’invalider l’élection  de Yoki Onana. 

Gilbert Tsimi Evouna avait motivé  sa requête en arguant que le préfet  du département du Mfoundi  en la personne de Jean Claude  Tsila avait violé la loi portant code  électoral en reconnaissant l’élection  de Yoki Onana alors que le  code électoral n’admet pas les  candidatures indépendantes  (celle de Yoki Onana en l’occurrence)  lors des élections, candidatures  indépendantes  (investitures) que reconnaissent  pourtant les textes de base du  Rdpc. Et pourtant, le code électoral  autorise tout conseiller municipal  à se porter candidat à  l’élection à la tête de la mairie.  C’est la raison pour laquelle, se  basant sur ce code électoral, le  préfet du Mfoundi avait validé  l’élection de Yoki Onana. 

ELECTION 

Or, quelques jours après une  deuxième convocation ( le 23  juin 2017) des conseillers municipaux  de Yaoundé VI pour l’élection  du maire à la tête de cette  commune, laquelle élection avait  abouti une fois de plus à la désignation  de Yoki Onana comme  remplaçant de feu Martin Lolo,  défunt maire de Yaoundé VI, Gilbert  Tsimi Evouna a introduit une  requête auprès du Minatd lui demandant  d’invalider l’élection de  Yoki Onana. A la suite de cette  requête, Esther Effa et Jacques  Yoki Onana avaient tous les deux  été suspendus de signature à la  mairie de Yaoundé VI. St Eloi Bidoung,  troisième adjoint au  maire avait alors été désigné  pour assurer l’intérim à la tête de  cette mairie. A ce moment, la  guerre froide entre Esther Effa  battue aux élections et Yoki  Onana désigné maire était de  plus en plus accentuée. Le  conseiller municipal Esther Effa  refusait de quitter la mairie arguant  que Yoki Onana n’avait pas  été installé et de l’autre côté, le  maire élu mais contesté par son  parti refusait de partir de la mairie  attendant d’être adoubé par  le Minatd.

MAGISTRAT MUNICIPAL 

Réné Emmanuel Sadi devait-il invalider  une élection qui était légale  du point de vue de la loi  dans la mesure où elle avait été  approuvée par l’autorité administrative  compétente à savoir le  préfet ? Non. Le Minatd a donné  raison à la base du Rdpc de  Yaoundé VI, laquelle base a désigné  Yoki Onana comme premier  magistrat municipal de cette mairie.  Par la même occasion, le Minatd  a humilié Gilbert Tsimi  Evouna qui voulait faire reprendre  les élections et orchestrer un  passage en force de la candidature de Esther Effa à la tête de la  commune de Yaoundé VI. Quelle  sera la réaction de Tsimi Evouna  à présent, lui qui avait exigé que  Yoki Onana lui demande pardon  pour avoir eu le courage de le «  défier » en maintenant sa candidature  à la mairie de Yaoundé VI  ? Ce qui est sûr c’est que Yoki  Onana n’attend plus que son installation  le 18 août prochain, laquelle  installation le confirmera  définitivement comme maire de  Yaoundé VI jusqu’aux prochaines  élections municipales attendues  en 2018. 

En rappel, c’est le 9 juin dernier  que le préfet du Mfoundi, Jean  Claude Tsila avait convoqué le  conseil municipal pour l’élection  d’un nouvel exécutif en remplacement  de Martin Lolo décédé  alors qu’il était encore en exercice  à la mairie de Yaoundé VI. Durant  cette élection, le Rdpc a voulu  faire passer en force la candidature  de Dame Effa et l’imposer  comme magistrat municipal à la  tête de cette mairie. Malheureusement,  les conseillers municipaux  s’y sont farouchement  opposés. L’élection a été ajournée  et convoquée une nouvelle  fois le 23 juin dernier. Jusque-là,  les conseillers municipaux ont  tenu et ont élu Yoki Onana. Une  élection qui a ouvert la voie à une  longue crise qui a vu son apogée  avec l’arrêté pris par le ministre  de l’Administration territoriale et  de la Décentralisation le 10 août  dernier. 

Dernière modification le jeudi, 17 août 2017 11:04

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ DE POLITIQUE

0
Partages
0
Partages