lundi 21 août 2017
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Can 2019 : Tombi à Roko dénonce le «complot» d’Ahmad Ahmad Spécial

Le président de la Fécafoot dénonce un «complot» contre le Cameroun.


«Il devient difficile après les propos du président de la Caf de ne pas prêter attention aux rumeurs persistantes sur l’existence d’une conspiration visant à retirer au Cameroun l’organisation de la Can 2019 au profit d’un autre pays». Tombi à Roko, le président de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) réagit vivement aux déclarations tenues samedi dernier à Ouagadougou par Ahmad Ahmad, le président de la Confédération africaine de football (Caf). Argumentant par la curiosité de l’application des réformes de la Can, soit implémentée à la Can 2019. «Une telle situation remet unilatéralement en cause le cahier de charges précédemment conclu entre le Cameroun et la Caf, ce qui équivaut à un changement de règles en cours de match». Tombi à Roko en rajoute le changement de la date de la première mission d’inspection de la Caf de septembre soit ramenée à août. Et s’inquiète que de tels «propos soient tenus avant même que la première mission d’inspection de la Caf n’ait effectué le déplacement du Cameroun». Du coup, la Fécafoot s’interroge sur l’opportunité même de cette mission «dès lors que la Fécafoot est préoccupée que cette position soit exprimée au niveau le plus élevé de la Caf».


A la fin de sa visite au Burkina Faso, le patron de la Caf a affirmé que «aucun site au Cameroun n’est disposé à abriter la Can 2019». Redisant l’exigence de respect du nouveau cahier de charges qui du reste, n’est pas encore transmis au Cameroun, le Malgache qui estime que «même à quatre, le Cameroun n’est pas prêt à organiser la Can 2019», annonce déjà probablement un nouvel appel d’offres en vue de la reprise de l’organisation de cette Can. Alors que la première mission d’inspection de la Caf arrive le 20 août 2017. Alors qu’elle était initialement annoncée pour septembre.


Pour la Fécafoot, «ces déclarations sont très éloignées de la réalité», souligne Tombi à Roko. En rappelant que les infrastructures qui ont abrité cette Can féminine 2016 ont été construites ou réhabilitées dans le respect de ce cahier de charges. Rappelant les marchés en cours dans le cadre de la poursuite de ces chantiers infrastructurels, avec le soutien de pays amis, et les assurances des techniciens à pouvoir livrer les marchés avant l’échéance. Avec la Can désormais en juin-juillet, le Cameroun a 22 mois pour boucler les travaux. Tombi à Roko se montre déçu quelques mois seulement après l’élection de celui qui avait promis d’œuvrer en faveur de tous les pays africains et que la Fécafoot lui avait promis son soutien indéfectible durant son mandat. Mais «la Fécafoot observera désormais avec une vigilance accrue les actions et initiatives de l’instance faitière du football africain relativement à l’organisation de la Can 2019», promet le chef de l’exécutif de la Fécafoot.


Passée donc l’heure des génuflexions. Vendredi dernier encore, en conférence de presse, Tombi à Roko et Bidoung Mpkatt remerciaient encore la Caf pour cette Can, et ne voyaient en le changement de la feuille de route aucun problème. Au contraire, «c’est une marque de confiance à le droit de notre pays qui vient d’organiser avec succès la Can féminine, qui s’est avérée être la meilleure organisation de l’histoire de cette compétition», appuyait Pierre Ismaël Bidoung Mpkatt. A la guerre comme à la guerre, semblent s’être dit les autorités camerounaises, face à la récurrence des attaques d’Ahmad.

Dernière modification le mardi, 08 août 2017 10:52

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ DE SPORT

0
Partages
0
Partages