samedi 25 novembre 2017
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Décès Mgr Benoît Bala : L’église a reçu la dépouille Spécial

L’identification a été faite et la dépouille remise à l’épiscopat.


Après une journée agitée, la Conférence épiscopale nationale du Cameroun (Cenc) a finalement admis avoir reçu la dépouille mortelle de son membre, Jean Marie Benoît Bala. Après l’identification qui a eu lieu en matinée à la morgue de l’hôpital général de Yaoundé, en présence du procureur général près la Cour d’appel du Centre, et de hauts responsables de la police judiciaire. Un communiqué qui confirme que «nous, S.E Mgr Samuel Kleda, archevêque de Douala, président de la Conférence épiscopale nationale du Cameroun, SE Jean Mbarga, archevêque de Yaoundé, S.E Kome Abraham, évêque de Bafang, Administrateur apostolique du diocèse de Bafia, avons procédé à l’identification de la dépouille de Mgr Jean Marie Benoît Bala».


Mettant un terme à une folle rumeur qui a circulé durant la journée sur les réseaux sociaux, faisant état tantôt de ce que le corps a disparu, tantôt de ce que «le corps présenté n’était pas celui de Mgr Bala». Ce qui pouvait trouver du sens au sein de l’opinion, à partir du moment où les évêques avaient déjà conditionné la réception du corps à l’identification. Ce qui avait laissé croire à certains qu’un problème se posait avec le corps dont le rapport d’autopsie avait deux fois été rejetée par l’épiscopat.


Et ladite cérémonie n’a pas été facile à effectuer ce jour. Les acteurs ne s’accordant pas. Et les attitudes des uns et des autres à la fin de plus de trois heures de négociations étaient de nature à créer de la suspicion. «Il n’y a pas de déclaration à faire pour le moment», avait lancé un monseigneur Samuel Kléda qui est resté courroucé et inflexible pendant les échanges. L’homme n’y ajoutera qu’un «oui» aux multiples questions des journalistes, essayant de savoir s’il avait reconnu le corps ou s’il l’avait accepté. Et ce n’est pas celui qui était présenté comme le neveu du défunt et qui a pris part aux huis clos de l’identification, qui pouvait sortir de ce mutisme qui l’a caractérisé pendant les assises. «Laissez-moi, je suis venu voir le corps de mon frère», a-t-il lâché, harcelé par la presse qui a libéré Samuel Kléda pour se lancer à sa poursuite, pour lui poser les mêmes questions. «Les évêques vont se retirer et se concerter, s’ils ont quelque chose à communiquer à la presse, ils vous contacteront», a promis à la presse Mgr Benoît Kala, le secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Cameroun (Cenc). Et quelques heures après, la presse recevait le communiqué signé en après midi. Lequel annonce les obsèques de l’évêque pour les 02 et 03 août 2017 à Bafia.

Dernière modification le lundi, 17 juillet 2017 21:46

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ D'ARTICLES DE SOCIÉTÉ

0
Partages
0
Partages