vendredi 24 novembre 2017
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Décès de Mgr Bala : Samuel Kleda signe sur la thèse de l’assassinat Spécial

Le président de la Conférence épiscopale nationale l’a redit à Yaoundé ce jour.


«Les évêques au nom desquels je parle, maintiennent leur position, c’est-à-dire celle qu’ils ont donné dans leur déclaration». Monseigneur Samuel Kleda et la Conférence épiscopale nationale du Cameroun (Cenc) balaient d’un revers de la main le communiqué de presse de Jean Fils Ntamack, le procureur général près la Cour d’appel du Centre qui déclarait la semaine dernière que «la noyade est la cause la plus probable du décès de l’évêque». Se rapportant à la seconde autopsie dont le rapport n’a pas été rendu public. Michaël Tsokos, présenté comme étant le directeur de l’Institut de médecine légale de Berlin et le Dr Mark Mulder, coordonnateur de l’unité d’identification des victimes des catastrophes à Interpol avaient été appelés par la justice camerounaise pour effectuer une deuxième autopsie après celle faite par des médecins locaux et contestée dès l’annonce des résultats qui faisaient état de la non présence d’eau dans les poumons du défunt retrouvé dans les eaux de la Sanaga le 2 juin, après trois jours de disparition. Mais rien à obtenir de l’épiscopat sur les suites de l’affaire. «Avez-vous reçu la dépouille de Mgr Bala ?», a requis un journaliste. «Un corps ne disparait pas», a répondu laconiquement Mgr Kleda. Avant de mettre un terme précipitamment au point de presse qui se transformait alors en conférence de presse.


Le président de la Cenc qui convoquait la presse pour annoncer la tenue de la 11ème assemblée générale plénière de l’Association des conférences épiscopales de la région d’Afrique centrale (Acerac), a presque été forcé de se prononcer sur ce sujet qui a attiré de nombreux journalistes au siège de la Cenc. Après les travaux de l’Acerac qui se tiennent du 8 au 16 juillet à Yaoundé, la Cenc sera à nouveau attendue sur le cas de de cadavre qui hante les relations entre la justice et l’église catholique. On saura alors si l’église consentira à organiser des obsèques sans avoir su la vérité à son goût.

 

Dernière modification le samedi, 08 juillet 2017 20:47

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ D'ARTICLES DE SOCIÉTÉ

0
Partages
0
Partages