vendredi 24 novembre 2017
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Crise Fécafoot : La Fifa tranchera le 10 juillet à Conakry Spécial

Un nouveau courrier de l’instance vient d’en convoquer les protagonistes.


La réunion de conciliation entre les acteurs de la crise électorale de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) se tiendra finalement à Conakry le 10 juillet prochain. Ainsi en a décidé la Fédération internationale de football association (Fifa). Dans un courrier daté d’hier (23 juillet), Veron Mossengo-Omba, le directeur Afrique-Caraïbes à l’instance faîtière du football mondial, convoque ainsi Tombi à Roko et ses opposants à une réunion de conciliation à l’hôtel Sheraton Grand. Il s'agit, outre le président de la fécafoot, de Blaise Moussa (secrétaire général) d'une part, et d'autre part, d'Abdouraman Hamadou, John Balog, Joseph Antoine Bell, Prosper Nkou Mvondo et Akoué Domingo.


«Il importe de rappeler que la Fifa a l’obligation de promouvoir les relations amicales au sein de ses associations», justifie l’auteur du courrier. de ce fait, «elle estime donc de son devoir de s’impliquer afin de faciliter les règlements des litiges internes préjudiciables à l’intérêt supérieur du football dont elle a la charge, dans la mesure de ses tâches statutaires et dans le respect de l’autonomie de ses membres». Et la Fifa tient beaucoup à ce cas précis du Cameroun qui, avec le temps a émis ses tentacules tant à la Confédération africaine qu’à la Fifa elle-même. Avec comme conséquence l’annulation des élections à la tête de ces deux instances supérieures. Et depuis deux ans, Zurich peine à trouver un terrain d’entente.


Sauver la Can 2019


Le choix de Conakry répond certainement à la volonté pour la Fifa d’éviter le piège d’une difficile obtention de visa de la part de certains membres de la délégation, comme ce fut déjà le cas pour la réunion du 8 juin dernier. Les organisateurs de ladite réunion devront dans les tout prochains jours transmettre des lettres d’invitation devant servir de prétexte pour la sollicitation du visa. Avec l’espoir que les invités consentent à envoyer des copies de leurs passeports pour les modalités nécessaires, mais surtout, pour confirmation de leur présence. Certains ayant jusqu'ici émis des réserves quant à leur participation à une quelconque réunion sur le sujet, posant comme condition la non participation de Tombi à Roko (comme président de la Fécafoot). En première ligne Prosper Nkou Mvondo, précurseur de ce combat juridico-judiciaire. La Guinée étant perçue comme pouvant plus facilement offrir le visa nécessaire pour honorer le rendez-vous de la dernière chance. Loin de regards suspicieux pouvant à nouveau dérouter.


La Coupe d’Afrique des nations (Can) 2019 dont l’organisation incombe au Cameroun, se trouvant en ligne de mire des nouvelles autorités de la Caf qui n’ont déjà pas manqué d’émettre des doutes sur la capacité du Cameroun à tenir ses engagements sur le plan de la construction des infrastructures. Notamment les stades de Japoma et Olembe dont les chantiers traînent. Aussi, la Caf ne voudrait pas laisser organiser la Can au Cameroun par un exécutif contesté. La Fifa tient donc à tourner cette page plus tôt que le mois d’août arrêté après l’échec du 8 juin. Les jours à venir devraient permettre de voir clair dans les intentions des uns et des autres.

Dernière modification le samedi, 24 juin 2017 15:53

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ DE SPORT

0
Partages
0
Partages