mercredi 28 juin 2017
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Téléenseignement : une université numérique pour des cours via internet Spécial

Le projet de campus virtuel soumis au gouvernement par le ministère des Postes et télécommunications entend absorber le plus grand nombre de bacheliers en leur offrant les mêmes filières que celles des différentes universités d’Etat mais à distance.   

 La toute première université numérique à vocation nationale sera bientôt implantée au sein de l’université de Yaoundé I. Le projet de ce campus virtuel élaboré depuis 2016 n’attend plus que l’approbation du chef de l’Etat. Une fois l’aval du gouvernement, le ministère des Postes et Télécommunications et celui de l’Enseignement supérieur se chargeront de la mise en œuvre de cette université numérique.

Ce campus virtuel pensé pour absorber le plus grand nombre de bacheliers offrira les mêmes filières que celles des différentes universités d’Etat mais à distance, via internet.  Par ailleurs, les enseignants qui avaient du mal à dispenser des cours de qualité à cause de leur nombre insuffisant n’auront plus à se déplacer pour les amphis. Le téléenseignement leur permettra de dispenser des cours à distance et leur aidera à améliorer la qualité des formations offertes.

Ce projet de téléenseignement sorti des tiroirs à la faveur du forum international sur le numérique sera davantage bénéfique aux étudiants des filières scientifiques et technologiques. Ces derniers pourront par exemple réaliser des expériences scientifiques dans un laboratoire virtuel, élaborer des ressources éducatives libres ou encore créer des jeux multi-joueurs autour de la mathématique et de la science. Pour la réalisation de ce projet, des infrastructures de techno comprenant des locaux seront mis sur pied.

Ces locaux disposeront d’internet haut débit, d’un espace de projection (vidéoconférence)…permettant de faciliter le téléenseignement. Des enseignants seront formés à la maitrise et à l’usage des TIC. Avec ce projet d’université numérique nationale, le gouvernement ne devra plus consentir « d’énormes investissements pour créer et équipés de nouveaux centres universitaires », espère le ministère des Postes et Télécommunications.

Toutefois, la mise en œuvre de cette université virtuelle  nécessitera la disponibilité des infrastructures de télécommunications et de TIC tels que le Backbone national à fibre optique, les points d’atterrissement de câbles sous-marins à fibre optique, les boucles optiques urbaines ainsi que les réseaux 3g et 4G des opérateurs de téléphonie mobile.

 

Lu 368 fois
0
Partages
0
Partages
×
LISEZ AUSSI