jeudi 24 août 2017
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Le taux de mortalité dû au paludisme en baisse dans la région du Littoral

Le paludisme, maladie parasitaire transmise par les moustiques, tue environ 100.000 personnes par an au Cameroun, a Le paludisme, maladie parasitaire transmise par les moustiques, tue environ 100.000 personnes par an au Cameroun, a

Il est désormais de 10% pour les moins de 5 ans et d’à peine 2% pour les plus de 5ans.

Pour l’année 2016, 44534 enfants de moins de 5 ans ont consulté les hôpitaux. Ce qui correspond à un pourcentage de 25% des consultations pour le seul paludisme dans le Littoral.  Dr Morel Esther, coordonnatrice du groupe technique régional de lutte contre le paludisme au Littoral « le paludisme grave reste toujours un problème parce qu’on a 52% des cas d’enfants de moins de 5 ans, vus dans les hôpitaux ou hospitalisés qui avaient des signes de paludisme grave. Il s’agit d’environ 33743 et les personnes de plus de 5 ans qui ont été hospitalisées pour paludisme grave représentent 43% de toutes les hospitalisations ».

Malgré ces chiffre plutôt élevés, il faut noter que le taux de mortalité du au paludisme est en baisse dans la région du Littoral. « Nous n’avons eu que 10% de cas d’enfants de moins de 5 ans qui sont décédés de paludisme en 2016. Et, 2% des personnes de plus de 5 ans ». La région que dirige Dieudonné Ivaha Diboua a d’ailleurs le plus faible taux au Cameroun, signe que les choses avancent dans le bon sens.

Pour intensifier les moyens de lutte et maximiser les résultats le Comité régional de lutte contre le paludisme a opté pour la distribution systématique et gratuite des moustiquaires imprégnées. « Nous avons eu à distribuer les moustiquaires imprégnées à toute la population en 2016 et 87% des personnes dénombrées ont reçu des MILDA (Moustiquaires imprégnées à longue durée d’action, soit un millions six cent soixante-quatorze mille huit cent trente une (1 million 674 mille 831) moustiquaires mises à disposition de la population ». Depuis 2011, les enfants de moins de 5ans et les femmes enceintes bénéficient de la gratuité du traitement du paludisme simple dans la région.

Les actions nouvelles de l’OMS

Parallèlement aux actions nationales l'Organisation mondiale de la santé va lancer un vaste programme de vaccination de plus de 360.000 enfants entre 2018 et 2020 contre le paludisme. Le Kenya, le Ghana et le Malawi sont les trois pays d’Afrique retenus par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour servir d’échantillon pour le vaccin antipaludique Mosquirix. Mis au point par GlaxoSmithKline (GSK) en partenariat avec l’ONG Path Malaria Vaccine Initiative, ce vaccin, est le plus avancé contre la malaria mais reste d’une efficacité limitée. Mais Matshidiso Moeti, directrice Afrique pour l’OMS, estime que « ce vaccin pourrait sauver des dizaines de milliers de vies en Afrique »,

L’Afrique est de très loin le continent le plus touché par le paludisme, comptant pour 92 % des 429 000 personnes tuées dans le monde en 2015, selon des chiffres de l’OMS. Les enfants de moins de 5 ans représentent plus des deux tiers de ces décès. Entre 2000 et 2015, le nombre de personnes mortes de cette maladie a diminué de 62%.

Danielle Mouadoumé B.

 

Dernière modification le jeudi, 27 avril 2017 13:44

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ D'ARTICLES DE SOCIÉTÉ

0
Partages
0
Partages