dimanche 30 avril 2017
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Tagouh-Branco : Et si Branco était coupable ? Spécial

Les supporters ont-ils été trompés? Les supporters ont-ils été trompés?

Questions sur les conditions de libération du détenu enlevé nuitamment.


Alors qu’il remercie parmi les acteurs de sa libération Justin Tagouh son bourreau, Serge Branco situe l’origine du conflit avec celui qui l’a emmené au sein du staff de Bamboutos Fc de Mbouda, aux «fausses informations de son entourage depuis qu’il avait fait le choix de me faire venir et de me confier la gestion du club». Mais très vite, les conditions de libération de l’homme sont mises à la disposition de la presse. Un engagement rédigé et signé du champion olympique trahit la victime d’hier. «Je soussigné Serge Branco…m’engage sur l’honneur à ne plus poser des actes de nature à porter atteinte à l’image du club Bamboutos Fc de Mbouda». Et de spécifier clairement les termes de cet engagement en six points : «usurpation d’une fonction quelconque au nom du club Bamboutos Fc ; ne pas porter des actions sur le plan financier sans un accord écrit du Pca, trouble de jouissance des encadreurs, joueurs, supporters , membres et sympathisants de Bamboutos Fc, excitation à la rébellion, fermer les site internet, comptes facebook et WhatsApp, et les comptes bancaires ouverts par moi sans droit au nom de Bamboutos Fc ; et de restituer les maillots de Bamboutos retenus de la Ligue de football (Sic)».


Des actions dont se seraient rendu coupable le champion olympique qui, pourtant, crie son innocence au moment de sa libération. Joint au téléphone, l’homme interpellé nuitamment et dans des conditions de l’arrestation d’un fugitif, n’a pas encore cru devoir authentifier cet engagement signé par ses soins, au regard des éléments portés au bas de la lettre d’engagement. Toujours est-il qu’une source crédible à Mbouda confirme qu’«il peut avoir commis des actes peu catholiques». Indiquant que «je ne suis pas surpris des conditions de son interpellation car il ne dormait plus chez lui à Douala, ni ici à Mbouda». Ajoutant même que «lors du match Bamboutos-Colombe, les antigangs le recherchaient au stade parce qu’on était sûr qu’il y viendrait mais il n’y est pas passé».

Dernière modification le samedi, 15 avril 2017 00:16

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ DE SPORT

0
Partages
0
Partages