jeudi 24 août 2017
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Des jeunes bientôt formés aux activités agro-pastorales Spécial

Le représentant de l’ONG Shumas Cameroon a signé avec le ministère de la Jeunesse un mémorandum d’entente visant à dispenser des cours dans huit domaines à des jeunes en milieu rural.

L’ONG Strategic humanitarian services (Shumas) engagée dans la lutte contre la pauvreté au Cameroun va bientôt former des jeunes sans emploi et issus des milieux ruraux dans huit domaines à savoir : l'agriculture, la santé, l'éducation, la protection sociale, l'environnement, l'eau,  l'autonomisation des femmes et le bénévolat. En paraphant le 7 avril dernier un mémorandum d’entente avec le ministère de la Jeunesse et de l’Education civique (Minjec), la structure implantée au Cameroun depuis 1996 s’est engagée à offrir des cours pratiques et de courte durée (2 ans, voire 10 mois) dans les différents domaines cités plus haut.

Sans toutefois précisé le début de la formation ainsi que les modalités devant permettre de bénéficier de ladite formation, le directeur général de Shumas, Ndzerem Stephen Njodzeka a toutefois indiqué que celle-ci se déroulera dans les centres d'apprentissage Shumas biofarm et au centre technique renouvelable Shumas. En plus de ce volet formation, l’ONG Shumas, par la voie de son directeur général a assuré au ministre de la Jeunesse Mounouna Foutsou qu’elle offrira également des possibilités de bénévolat aux jeunes diplômés universitaires ainsi que des stages aux jeunes issus d'universités et d'écoles professionnelles pour leur permettre d’acquérir des compétences dans le domaine du développement.

Au terme de la formation, les jeunes sélectionnés devront, avec l’appui du ministère de la Jeunesse mettre en place leurs propres structures. Avec ces différents modules de formation, le ministre de la Jeunesse s’est félicité de la contribution de cette ONG à la réalisation du Plan d’urgence triennal. « Je crois que la formation offerte par Shumas en collaboration avec ses partenaires extérieurs est déjà une réponse à quelques préoccupations des jeunes et une fois formé ces jeunes pourront s’intégrer sur le plan socio-professionnel », a fait savoir le membre du gouvernement. Mounouna Foutsou a recommandé au directeur général de Shumas de travailler en collaboration avec le Programme de soutien aux jeunes ruraux et urbains (Pajer-U) dans le cadre de ces formations.

Dernière modification le mercredi, 12 avril 2017 20:27

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ D'ARTICLES DE SOCIÉTÉ

0
Partages
0
Partages