mardi 30 mai 2017
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Dans les coulisses du Port de kribi

Cette infrastructure est considérée comme un cas d’école de projets réussis par la Banque mondiale.

De l’avis des experts de la Banque mondiale, le Port en eau profonde de Kribi est avec le barrage de Lom Pangar des cas d’école dans la conduite des projets structurants en Afrique. Un satisfecit pour les autorités camerounaises qui ont eu le nez creux en ressuscitant le projet de Kribi qui dormait depuis de longues années dans les tiroirs. C’est en effet au début de la décennie 1980 que ce projet est initié. Mais il faudra attendre 2008 pour qu’il soit réellement relancé. Le Cameroun vient alors d’atteindre le point d’achèvement de l’initiative PPTE et souhaite relancer sa croissance en misant sur la construction des grandes infrastructures. La construction du Port en eau profonde de Kribi s’impose alors comme une nécessité pour les autorités camerounaises en quête de croissance. « La construction du Port en Eau Profonde de Kribi marque le début d’une ère nouvelle dans le développement économique du Cameroun », fait alors savoir Louis Paul Motaze, qui a été désigné par le président Paul Biya comme président du comité de pilotage. En fait, les études de faisabilité techniques, économiques, financières et environnementales ont montré que cet ouvrage est d’une importance majeure pour le Cameroun et l’Afrique Centrale.

Le 08 octobre 2011, le président procède à la pose de la première pierre à Kribi. Les travaux commencent quant à eux le 27 décembre de la même année. Il va d’abord s’agir de réaliser les infrastructures de base du port général. Ces travaux sont financés par Eximbank Chine et réalisés par une entreprise chinoise, CHEC (China Harbour Engineering Company). En juillet 2014, le port de Kribi accueille le Valparaiso, un navire commercial de grande taille. C’est le signe de ce que ce projet, qui va permettre l’exportation en grandes masses des produits issus de l’exploitation des gisements miniers du Cameroun (Fer, Bauxite, Gaz naturel notamment) et l’importation des matières premières pour les industries locales, est presque prêt à l’emploi. D’ailleurs, on annonce le début de son exploitation dans les prochains mois. Cet ensemble va générer plus de 20 000 emplois directs et autant d’emplois indirects.  

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ D'ÉCONOMIE

0
Partages
0
Partages