dimanche 24 septembre 2017
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Louis Paul Motazé communie avec les opérateurs économiques Spécial

  • mercredi, 06 avril 2016 08:02
  • Écrit par  Danielle Mouadoumé

Pendant deux jours le ministre de l’Economie à reçu leurs doléances et suggestions pour l’avancement de l’industrialisation du Cameroun et l’amélioration du climat des affaires.

 

 «Je pars de Douala satisfait et avec la conviction que le secteur privé fait son travail et que le gouvernement va continuer à les accompagner », a conclu Louis Paul Motazé, ministre de l’Economie, de la planification et de l’aménagement du territoire (Minepat), au soir d’une visite de travail dans la capitale économique pendant laquelle le ministre a rencontré les acteurs du secteur privé au Cameroun. « Je viens à Douala vous écouter afin de voir quels appuis nous devons apporter dans vos différents secteurs », a fait savoir Louis Paul Motazé devant les patrons. Pour le ministre, cet appui institutionnel presse dans le secteur industriel et dans le financement des entreprises privées et des PME locales. Pour le Minepat, il est question « qu’ensemble nous trouvions des stratégies pour booster la croissance et favoriser l’émergence du Cameroun. » Des propos soutenus par la directrice générale du Bureau de mise à niveau des entreprises (BMN), Chantal Elombat Mbedey. Cette dernière est convaincue, comme le montre une étude, que le Cameroun a besoin de renforcer sa compétitivité en valorisant les avantages comparatifs et le développement des entreprises nationales sur le marché international.

 

Pour passer de la théorie à la pratique, Louis Paul Motazé a visité quatre entreprises : La Pasta (agroalimentaire), la Société camerounaise de raffinage Maya (agroalimentaire), Dangote cement Cameroon (transformation), et Ceb la meublerie (bois). Dans ces entreprises, le Minepat a discuté avec les patrons de la disponibilité des matières premières, de la sécurisation du commerce, de la lutte acharnée contre la contrebande, de la disponibilité de l’énergie électrique et de l’ouverture des corridors de commerce notamment celui qui mène au Nigeria voisin (qui est à lui seul un marché de 170 millions de consommateurs).

 

Les patrons pensent que l’heure est maintenant à l’action. D’ailleurs les opérateurs n’ont pu laisser repartir le ministre qu’après avoir obtenu de lui que cette rencontre ne tombe pas l’oubli, mais qu’elle fasse la place à des actions concrètes.

Dernière modification le mercredi, 06 avril 2016 08:24
0
Partages
0
Partages
×
LISEZ AUSSI